Saine compétition autour du centre?

Sainte-Julie — David Desharnais et Lars Eller voient la congestion à la position de centre chez le Canadien cette saison comme un atout, pas un problème. En autant qu’ils n’écopent pas eux-mêmes, en étant mutés à l’aile…

 

Ils sont cinq pour quatre postes, plutôt trois à caractère offensif : Desharnais, Eller, Tomas Plekanec, Daniel Brière et Alex Galchenyuk sont tous des joueurs de centre naturels. Le vétéran Brière et le jeune Galchenyuk peuvent évoluer à l’aile. Mais c’est une question de temps avant que Galchenyuk fasse la transition au centre.

 

«Un atout»

 

«Un peu de compétition à l’interne, c’est toujours bon », a affirmé Desharnais, mercredi. « Tout le monde peut jouer partout, donner son meilleur pour avoir plus de temps de glace et aider l’équipe à connaître du succès. On n’a pas trop de joueurs de centre, c’est un atout. » Desharnais n’est pas fermé à l’idée d’être muté à l’aile, mais c’est à sa position naturelle qu’il veut jouer. « Je vais faire en sorte de jouer au centre. Je suis plus efficace au centre, et je le sais », a-t-il tranché.

 

C’est aussi la volonté du jeune Eller. Comme son coéquipier, il ne considère pas le surplus de centres offensifs comme un obstacle. « Il n’y a pas lieu de créer une polémique avec ça, a-t-il argué. Nous pouvons avoir plusieurs centres et être une équipe efficace. [...] Utiliser deux joueurs de centre dans un trio, un droitier et un gaucher, représente un avantage sur les mises au jeu. »

À voir en vidéo