Coupe Rogers - Raonic s'impose in extremis et accède au top 10 mondial

Milos Raonic au moment où il a remporté le match qui l'opposait, samedi après-midi, à son compatriote canadien Vasek Pospisil.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Milos Raonic au moment où il a remporté le match qui l'opposait, samedi après-midi, à son compatriote canadien Vasek Pospisil.

Il fallait que la route de l'un s'interrompe pour que celle de l'autre se poursuive jusqu'à l'explication ultime — et au pénultième jour de la Coupe Rogers de tennis, c'est logiquement Milos Raonic, 58 rangs au-dessus de son rival au classement mondial, qui a eu le dernier mot. Mais tout comme il s'est royalement fiché de la logique pendant toute la semaine, Vasek Pospisil s'est assuré que ce soit par la plus infime des marges.

 Aussi, au bout de deux heures et 16 minutes d'un combat fratricide chargé d'émotion entre compatriotes et coéquipiers en Coupe Davis, Raonic, 13e raquette mondiale, s'est-il imposé samedi après-midi dans une demi-finale toute canadienne par la marque de 6-4, 1-6 et 7-6 (4) — s'assurant au passage de devenir lundi le premier Canadien depuis l'établissement du classement ATP, en 1973, à accéder au top 10 planétaire. Pour sa peine, Pospisil, lui, 71e à son arrivée à Montréal, grimpera d'une trentaine d'échelons et se retrouvera dans les environs de la 40e place. 

En grande finale dimanche, Raonic, premier représentant du pays hôte à accéder à la finale des Internationaux du Canada depuis que Robert Bédard avait remporté le tournoi en 1958, devra de nouveau aller puiser au fond de son coffre d'outils puisqu'il y retrouvera le gagnant de l'autre demi-finale, qui met aux prises samedi soir deux géants, le numéro 1 Novak Djokovic et Rafael Nadal, 4e.

Pour remporter cette première demi-finale, l'athlète de 22 ans de Thornhill, en Ontario, a dû effectuer un impressionnant redressement à la manche décisive après avoir connu un deuxième set éprouvant — qu'il a attribué à une certaine nervosité — et au terme duquel il a choisi de ventiler sa frustration en faisant une pause toilettes.

Et alors que Pospisil se disait vidé émotionnellement au terme de la rencontre, le vainqueur a rappelé que lui a encore du boulot à abattre dans ce tournoi. «Je dirais que je suis excité, a-t-il raconté. Pas vidé d'aucune manière. J'ai tellement hâte d'avoir l'occasion de disputer la finale demain. La semaine n'est pas finie, pas du tout. Je suis très excité à l'idée d'avoir cette chance.» Ce sera du reste la première fois qu'un Canadien atteint la finale d'un tournoi de la série Masters. 

De sa nouvelle position parmi les 10 premiers au monde, Raonic a expliqué qu'il s'agissait de l'objectif qu'il s'était fixé en début d'année, et que l'«atteindre ici à Montréal», où il a reçu une part importante de sa formation, «est formidable». 

Pospisil, 23 ans et natif de la Colombie-Britannique, a de son côté parlé d'une défaite crève-cœur. «C'est dur, absolument. Je voulais tellement gagner. J'ai eu mes chances, et [Raonic] a bien joué par moments. J'ai fait quelques erreurs que je n'aurais pas faites autrement. Je pense qu'au début, nous étions tous deux pas mal nerveux. Pour moi, pas parce que c'était une demi-finale. Parce que nous nous sommes affrontés tellement de fois. Nous avons grandi ensemble. Nous faisons partie de la même équipe nationale en Coupe Davis. Aucun de nous ne voulait perdre. Si j'avais affronté quelqu'un d'autre, j'aurais peut-être gagné», a-t-il dit. 

«Mais dans l'ensemble, ce fut une semaine extrêmement positive. Je dois maintenant faire en sorte que ce ne soit que le début. J'ai perdu aujourd'hui, mais quand je me réveillerai demain, je suis certain que je me sentirai mieux. Vous savez, je suis un gars qui a de l'ambition. Même lorsque je fais quelque chose d'inattendu ou de fantastique pour moi, je veux toujours en faire plus et gagner davantage. Je voulais participer à la finale. Je suis donc déçu, mais quand je regarde le portrait d'ensemble, ç'a été une semaine extraordinaire.» 

Pospisil tentera de poursuivre sur sa lancée au cours des prochains jours alors qu'il prendra part au Masters de Cincinnati. 

À voir en vidéo