Bergevin n’est pas pressé

George Parros
Photo: Joel Auerbach AFP George Parros

Brossard — Marc Bergevin ne ressent pas la nécessité d’échanger un des attaquants de petite taille du Canadien de Montréal parce qu’il vient de mettre sous contrat Daniel Brière. Le directeur général assure qu’il demeure aux aguets afin d’améliorer l’équipe, mais qu’il n’y a aucune urgence d’agir.


Bergevin n’était pas pressé de franchir les tourniquets, comme l’ont été plusieurs de ses homologues vendredi à l’ouverture du magasin général de la Ligue nationale.


Il a souligné que la première folle journée d’engagements de juillet marque le début d’un cycle, comme la date limite des échanges vers la fin de la saison régulière en marque la fin, et qu’entre les deux dates, bien des choses peuvent arriver.


Il a dit que l’équipe avait au préalable eu des discussions avec des joueurs « parce qu’on ne sait jamais », mais qu’il n’y a eu aucune surprise. Les gros noms ont tous rapidement trouvé preneur.


Quand on regarde les salaires qui ont été consentis vendredi, l’engagement de Brière au coût de 8 millions de dollars pour deux ans jeudi s’avère tout compte fait une bonne affaire.


Bergevin a assuré que l’arrivée de Brière n’était pas un prix de consolation parce qu’on a été incapable de convaincre Vincent Lecavalier, qui a préféré la proposition des Flyers de Philadelphie.


Soulignant son brio en séries éliminatoires ainsi que son leadership, Bergevin a dit que Brière représente une amélioration par rapport à Michael Ryder, qu’il se trouvera à remplacer dans la formation.


***

Du muscle en renfort

Brossard — À défaut d’avoir pu faire une grosse prise sur le marché des joueurs autonomes vendredi, le Canadien est allé chercher un protecteur pour ses petits attaquants en faisant l’acquisition du vétéran dur à cuire George Parros.

En retour, le Tricolore a cédé aux Panthers de la Floride l’attaquant des ligues mineures Philippe Lefebvre et un choix de septième tour au repêchage de 2014.

En 452 matchs dans la Ligue nationale, Parros, un colosse de 6pieds 5 pouces et 228 livres âgé de 33 ans, a passé 1007 minutes au banc des pénalités.

La saison dernière, en 39rencontres, il a réussi un but et récolté une passe, totalisant 57 minutes de punitions.

Le moustachu Parros touchera un salaire de 950 000 $ la saison prochaine, la dernière de son présent contrat.

Marc Bergevin a déclaré que l’acquisition de Parros comble un autre besoin important en ce moment. Il a décrit le vétéran Parros comme un guerrier, qui va imposer le respect sur la glace. On dit aussi qu’il est un bon joueur d’équipe, apprécié de ses coéquipiers.

À voir en vidéo