Grand Prix d’Allemagne - Pneus : les pilotes n’entendent plus à rire

Nürburg – Le championnat 2013 de Formule 1 se transporte en fin de semaine au Grand Prix d’Allemagne sur un circuit en faillite, avec comme intrigues les craintes au sujet de la sûreté des pneus et les espoirs de Sebastian Vettel de signer une première victoire dans ses terres.


L’épreuve du Nürburgring se déroule une semaine après le chaotique Grand Prix de Grande-Bretagne au cours duquel cinq monoplaces ont subi des crevaisons, y compris la Mercedes de Lewis Hamilton qui menait la course.


Pirelli a réagi promptement afin de tenter de corriger le problème, et on utilisera un nouveau type de pneus pour la course de dimanche.


La situation est très préoccupante et les pilotes n’entendent plus à rire. À tel point que, jeudi, ils ont brandi le spectre d’un retrait collectif de la course de dimanche s’il y a d’autres crevaisons en série.


« Nous sommes prêts à pousser nos autos à la limite, comme nous le faisons toujours, et comme nos équipes, commanditaires et amateurs de course le souhaitent », a écrit dans un communiqué l’Association des pilotes de Grands Prix de F1. « Toutefois, les pilotes ont décidé que si les problèmes de pneus persistent au cours du Grand Prix d’Allemagne, ils vont se retirer de la course afin d’éviter de compromettre la sécurité des pilotes, des responsables de piste et des amateurs. »


En Allemagne, Pirelli utilisera une ceinture de Kevlar, une fibre plus résistante aux crevaisons que l’acier, sur les pneus arrière. Quant à Vettel, le triple champion en titre sur Red Bull, il n’a jamais gagné en Allemagne ; dans les faits, il n’a pas gagné en Europe au cours des 22 derniers mois.

À voir en vidéo