Grand Prix de Bahreïn - Sebastian Vettel remporte la «Formule du sang»

Des jeunes affrontaient la police anti-émeute dans le village de Diraz, à Bahreïn, près d’un mur où l’on trouve des graffitis à l’endroit du Grand Prix de Formule 1 et des pochoirs représentant des résidants de Diraz tués depuis le début du soulèvement au pays en février 2011.
Photo: Hasan Jamali Associated Press Des jeunes affrontaient la police anti-émeute dans le village de Diraz, à Bahreïn, près d’un mur où l’on trouve des graffitis à l’endroit du Grand Prix de Formule 1 et des pochoirs représentant des résidants de Diraz tués depuis le début du soulèvement au pays en février 2011.

Dubaï – Le Grand prix de Formule 1 de Bahreïn s’est achevé dimanche avec la victoire de l’Allemand Sebastian Vettel (Red Bull) sans perturbation, en dépit de heurts entre policiers et manifestants chiites voulant faire entendre leurs demandes de réformes politiques.


Sebastian Vettel a remporté ce prix, 4e manche de la saison 2013 de Formule 1, devant les deux Lotus du Finlandais Kimi Räikkönen et du Français Romain Grosjean, soit exactement le même podium que l’an dernier dans ce même GP.


Après avoir tenté de bloquer des routes dans la matinée, et des heurts avec la police, des manifestants ont défilé dans des villages chiites l’après-midi.


« Non à la Formule 1 de sang », ont-ils scandé par dizaines avant d’être pourchassés par des policiers, qui ont bloqué les entrées de plusieurs villages, dont certains non loin de la route menant au circuit de Sakhir, au sud de Manama, selon des témoins.


Les autorités ont assuré que toutes les mesures avaient été prises pour garantir un déroulement sans incident du Grand prix de Formule 1.


L’opposition issue de la majorité chiite, qui s’estime marginalisée par le pouvoir sunnite, mobilise depuis une semaine ses partisans pour faire entendre ses revendications à l’occasion du GP mais sans perturber l’événement sportif.


À l’aube, des jeunes masqués protestant contre la tenue de la course ont bloqué plusieurs routes aux abords des villages chiites autour de Manama à l’aide de pneus en feu, sans entraver l’accès au circuit de Sakhir.


Dans la nuit, la police a fait usage de grenades lacrymogènes pour disperser des centaines de personnes qui manifestaient dans plusieurs villages contre la « Formule du sang », nom qu’ils ont donné à cette course.


Vettel récidive


« C’était une course très forte de la part de notre équipe aujourd’hui », a dit Sebastian Vettel après sa 28e victoire en F1.


Le triple champion du monde en titre était parti en première ligne, à côté de son compatriote Nico Rosberg (Mercedes), avec dans son stand trois trains de pneus durs et neufs soigneusement économisés samedi pendant les qualifications. Il a parfaitement géré sa course et terminé avec neuf secondes d’avance sur Räikkönen et 19 secondes d’avance sur Grosjean.


C’est sa 2e victoire cette saison, après la Malaisie où il avait doublé son coéquipier Mark Webber en fin de course, désobéissant ainsi aux consignes de son écurie, et la deuxième d’affilée sur ce circuit de Sakhir, en plein désert, devant les deux pilotes Lotus qui l’avaient déjà accompagné sur le podium l’an dernier, dans le même ordre.


Vettel consolide sa place en tête du championnat, avec désormais dix points d’avance sur Räikkönen, qui a réussi à ne faire que deux arrêts dans cette course, contre trois pour Vettel, et surtout 30 points d’avance sur son grand rival Fernando Alonso (Ferrari), qui n’a pu terminer que 8e.


Parti sur la 2e ligne, l’Espagnol a dû s’arrêter deux fois de suite en début de course, une fois pour changer de pneus et l’autre pour réparer son aileron arrière défaillant. Il a dû batailler pendant la totalité des 57 tours pour sauver quatre points à la fin, dans un peloton où le jeune Mexicain Sergio Pérez (McLaren) a été particulièrement agité.

À voir en vidéo