Les Jets n’ont d’autre choix que de terminer en tête de leur division

La section Sud-Est de la Ligue nationale de hockey est tellement peu relevée cette saison que l’unique option dont disposent les Jets de Winnipeg pour accéder aux séries éliminatoires sera probablement d’y terminer en tête.


« On sait que notre section, c’est pas trop fort », a reconnu candidement l’entraîneur-chef des Jets, Claude Noël, avant le match de jeudi soir contre le Canadien de Montréal au Centre Bell.


Avant les matchs de jeudi, les Jets possédaient une avance de deux points sur les Capitals de Washington, qui avaient toutefois deux rencontres en main. Les Jets étaient troisièmes dans l’association Est en vertu de leur premier rang de section tandis que les Capitals étaient 10e, donc potentiellement exclus des séries.


« On connaît bien notre situation, on sait où on se situe au classement, a repris Noël. Soit on finit premiers de notre section, soit on parvient à se qualifier in extremis en septième ou en huitième position. Comme nous avons joué plus de matchs que les autres, on va manquer de temps si on ne se met pas à gagner. »


Les Jets en sont à leur deuxième saison à Winnipeg à la suite de la délocalisation des Thrashers d’Atlanta. Après une lune de miel entre les partisans et l’équipe la saison dernière, les attentes sont plus élevées cette année.


En tout cas, Noël a bien hâte de voir comment ses troupiers vont composer avec l’adversité dans le dernier droit de la présente campagne. « Pour nous, c’est le problème, a-t-il souligné. Dernièrement, nous avons eu de la difficulté à marquer des buts et quelques-uns de nos meilleurs attaquants ressentent davantage de pression. C’est une pression qu’ils ne sont pas habitués d’avoir. » Noël a fait remarquer que plusieurs de ses joueurs ne possèdent aucune expérience des séries de la Coupe Stanley. « Ils se retrouvent en terrain inconnu parce qu’ils n’ont aucune expérience du passé, de laquelle ils peuvent s’inspirer », a-t-il noté.


C’est le cas du jeune attaquant Evander Kane. « Notre approche est de nous dire que nous ne sommes pas en séries et que nous devons trouver une façon de s’y faufiler, a-t-il avancé. Personnellement, je n’ai jamais pris part aux séries et je veux réellement y participer. Je déteste perdre, et je sais que plusieurs de mes coéquipiers sont dans le même état d’esprit que moi. Nous savons ce qu’il faut faire, nous avons eu du succès par moments cette saison. Il nous reste à le faire à tous les matchs d’ici à la fin. »


Les Jets doivent saisir l’occasion qui se présente cette saison, sinon ils pourraient devoir patienter longtemps avant de prendre part aux séries. En vertu du réaménagement des sections, les Jets se joindront en 2013-2014 à une division comprenant les Blackhawks de Chicago, l’Avalanche du Colorado, les Stars de Dallas, le Wild du Minnesota, les Predators de Nashville et les Blues de St. Louis.

À voir en vidéo