Masters de tennis de Miami - L’heure de la revanche a sonné pour Djokovic et Murray

Novak Djokovic
Photo: Mark J. Terrill - Associated Press Novak Djokovic

Deuxième Masters 1000 de tennis de l’année, le tournoi floridien souffre, chez les hommes, de l’absence conjuguée de Federer, qui avait enlevé l’épreuve de son agenda dès le départ pour s’accorder une plage de repos, et de Nadal, vainqueur à Indian Wells dimanche et qui fait l’impasse pour ménager son genou.


Chez les femmes en revanche, l’affiche est sublimée par le retour de Serena Williams qui retrouve les courts pour la première fois depuis qu’elle a récupéré la place de numéro 1 mondiale à Dubaï fin février.


En lice pour un sixième titre, ce qui serait un record, l’Américaine aura pour principale rivale sa nouvelle dauphine, Maria Sharapova, titrée en Californie dimanche et qui espère devenir la troisième joueuse à réaliser le doublé Indian Wells-Miami après Steffi Graf (1994, 1996) et Kim Clijsters (2005).


Chez les hommes, l’enchaînement a été réalisé à huit reprises, la dernière fois par Djokovic en 2011, mais n’aura évidemment pas lieu cette année avec l’absence de Nadal, qu’on ne reverra qu’à la mi-avril à Monte-Carlo.


Double tenant du titre, Djokovic compte en profiter pour cimenter sa place de no 1 mondial et repartir en avant après sa défaite face à l’Argentin Del Potro en demi-finale à Indian Wells, qui a mis fin à une série de 22 victoires de suite.


Après un début de tournoi a priori sans danger, le Serbe risque de retrouver l’Argentin au même stade de la compétition à Miami dans une moitié de tableau où figurent également David Ferrer et Janko Tipsarevic.


Andy Murray, battu par Del Potro en quart de finale à Indian Wells et finaliste sortant à Miami, emmène le bas du tableau où Jo-Wilfried Tsonga est son adversaire théorique à l’étape des quarts avant Tomas Berdych en demi-finale. À la condition, bien sûr, de réussir son entrée en scène au deuxième tour où il risque d’affronter le jeune Australien Bernard Tomic, pas vraiment un cadeau.


Meilleurs joueurs sur dur depuis un an, Djokovic et Murray brûlent d’envie de faire respecter la logique pour renouer le fil de leur rivalité, deux mois après leur finale aux Internationaux d’Australie remportée par le Serbe.


Del Potro s’annonce encore comme le principal trouble-fête, conforté par son parcours jusqu’en finale à Indian Wells. « Je suis impatient de jouer à Miami. Il y a toujours beaucoup de supporters argentins et j’ai de la famille et des amis qui viennent me voir. J’espère jouer aussi bien qu’à Indian Wells », dit-il.


Seul joueur en dehors du « Big Four » à avoir gagné un tournoi du Grand Chelem depuis huit ans, à l’US Open 2009, l’Argentin, un temps freiné par une blessure au poignet, semble plus que jamais le mieux placé pour mener la révolte.


« Il a un jeu énorme qui, lorsqu’il se met en place, fait de lui un joueur d’élite, souligne Murray. Il l’a déjà fait [gagner un Grand Chelem] et il peut le refaire. En ce moment il joue un très bon tennis. »

À voir en vidéo