Morsure : Pacioretty veut tourner la page

Max Pacioretty montre à l’arbitre Rob Martell qu’il a été mordu au poignet par Mikhail Grabovski, des Maple Leafs de Toronto, pendant la troisième période du match de samedi soir au Centre Bell. Grabovski, qui reçu une punition d’inconduite, ne sera pas suspendu par la LNH.
Photo: La Presse canadienne (photo) Graham Hughes Max Pacioretty montre à l’arbitre Rob Martell qu’il a été mordu au poignet par Mikhail Grabovski, des Maple Leafs de Toronto, pendant la troisième période du match de samedi soir au Centre Bell. Grabovski, qui reçu une punition d’inconduite, ne sera pas suspendu par la LNH.

Mikhail Grabovski a mordu Max Pacioretty assez fort pour lui fendre la peau, et l’attaquant du Canadien de Montréal a dû se faire administrer une injection antitétanique par mesure de précaution. Mais pour le no 67, c’est là que s’arrête l’incident.


« Il faut se concentrer sur notre équipe en ce moment, on n’a aucun contrôle sur ce qui se passe à l’extérieur de ce vestiaire », a déclaré Pacioretty lundi lorsqu’on l’a invité à commenter pour la première fois l’incident de samedi au cours duquel le joueur des Maple Leafs de Toronto l’a mordu au poignet.


Pacioretty a refusé de s’avancer, après l’entraînement à Brossard, sur la sanction que mériterait à ses yeux le Bélarusse âgé de 29 ans pour son geste. Il faut dire que la Ligue nationale de hockey n’avait pas encore fait connaître sa décision dans ce dossier, alors que le Canadien s’est entraîné tôt lundi afin de prendre un avion en direction de Tampa en début d’après-midi.


Un peu plus tard, la LNH a fait savoir que Grabovski ne serait pas suspendu, les séquences vidéo ne permettant pas de déterminer avec certitude s’il avait mordu le joueur du CH ou non, dans le match remporté 6-0 par Toronto.


« Il y avait une mêlée générale, tout le monde s’en prenait à quelqu’un et j’étais sous le choc plus qu’autre chose quand c’est arrivé, a affirmé Pacioretty en décrivant l’incident. Ça ne me fait plus mal, et c’est vrai que j’ai mis mon bras autour de son visage, mais ça ne justifie pas le fait qu’on morde quelqu’un. Mais c’est arrivé et c’est ça qui est ça. »


Dans le même match, Colton Orr a visé le genou de Tomas Plekanec en zone centrale, et l’attaquant tchèque a évité le choc de justesse. Orr n’a pas eu à s’expliquer devant le comité de discipline de la LNH. De leur côté, les Leafs ont accusé Brandon Prust d’avoir allumé le feu.


Mais Pacioretty n’a pas voulu commencer à quantifier la gravité d’un geste par rapport à l’autre. « Tous les gestes du genre sont stupides, a-t-il souligné. Il n’y avait pas de raison que le match dégénère de cette façon. Les émotions étaient à fleur de peau, des joueurs étaient en colère contre des adversaires, en colère aussi contre les arbitres… Je le dis souvent, le hockey est un jeu d’émotions. »


L’incident entre Grabovski et Pacioretty est survenu à la 12e minute de la troisième période. Grabovski a écopé d’une punition mineure et d’une inconduite de 10 minutes, tandis que Pacioretty s’est vu décerner une inconduite de 10 minutes.


***

Le trio de Desharnais démantelé

La surprise, ce n’est pas que le trio de David Desharnais ait été démantelé lundi, à l’entraînement : c’est plutôt que Max Pacioretty et Erik Cole soient restés aussi longtemps à ses côtés.

« On était un peu surpris que ça ne soit pas arrivé avant parce que tout le monde allait bien sauf nous », a reconnu Desharnais après s’être entraîné aux côtés de Brandon Prust et Cole lundi matin, tandis que Pacioretty se retrouvait en compagnie des recrues Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher.

« On s’y attendait et le simple fait de faire un changement va nous piquer et nous réveiller un peu », a ajouté le no 51 du Canadien de Montréal.

Samedi, l’entraîneur-chef Michel Therrien a dû se rendre à l’évidence après une dégelée de 6-0 subie aux mains des Maple Leafs de Toronto. Pacioretty, Desharnais et Cole ont évidemment été blanchis, mais ils ont surtout prolongé une piètre séquence où ils n’ont amassé, à eux trois, qu’une maigre mention d’aide en trois rencontres.

Cette prestation est survenue alors que l’entraîneur du CH les avait déjà bien avertis qu’ils devaient relever leur calibre de jeu.

« On s’est assis avec eux, je leur ai montré des séquences vidéo où ils n’ont pas eu de succès et je leur ai expliqué que si je ne voyais pas d’amélioration, il faudrait que j’en vienne à la conclusion qu’il deviendrait nécessaire de les séparer », a fait savoir Therrien lundi avant de se diriger avec ses joueurs en direction de Tampa, où le Canadien affrontera le Lightning mardi soir.