Canadien - Galchenyuk et Gallagher prolongent leur séjour

La direction du Canadien de Montréal a fait savoir à Galchenyuk et à Gallagher, avant l’entraînement prévu à Brossard lundi, qu’ils demeureront avec le club jusqu’à nouvel ordre. Les deux jeunes attaquants pourront donc se dénicher chacun un logement permanent.


Galchenyuk a fait savoir qu’il habitera avec sa mère et sa soeur, tandis que Gallagher va vraisemblablement transporter ses effets personnels à la résidence de Josh Gorges au cours des prochains jours.


« Ce n’est pas encore décidé à 100 % mais on dirait bien qu’il va venir chez moi, a indiqué le vétéran défenseur du Tricolore. Je l’ai accueilli cet été. Ma fiancée et moi, nous nous entendons bien avec lui, c’est un jeune avec qui il est facile de vivre. »


« Pour [le directeur général] Marc Bergevin et moi, c’est très important que nos jeunes joueurs soient bien encadrés sur la glace, mais c’est plus crucial encore qu’ils le soient en dehors, a souligné l’entraîneur-chef Michel Therrien. Qu’Alex vive avec une partie de sa famille, c’est excellent pour nous, parce qu’on ne veut pas qu’un jeune soit tout seul dans une ville comme Montréal, où il peut y avoir toutes sortes de distractions. Et c’est la même chose avec Gallagher. Même s’il a 20 ans, il en est à sa première saison dans les rangs professionnels, on veut qu’il soit bien entouré lui aussi. »


Therrien et Bergevin auraient pu faire disputer un cinquième match à Galchenyuk avant de décider s’ils gardaient l’attaquant âgé de 18 ans ou le retournaient à son club junior, le Sting de Sarnia. L’expérience a toutefois été à ce point concluante qu’ils ont choisi de ne pas attendre l’affrontement qui aura lieu mardi au Centre Bell, contre les Jets de Winnipeg.


Galchenyuk, que le Tricolore a repêché au troisième rang au total en juin dernier, revendique un but et deux aides et une fiche de +2 en quatre matchs jusqu’ici.


Dans le cas de Gallagher, il n’y avait pas d’échéance particulière. L’ailier droit n’est plus admissible à retourner chez les juniors et il a joué avec les Bulldogs de Hamilton pendant le lockout dans la Ligue nationale. Un choix de cinquième tour en 2010, il a enfilé un but et ajouté une aide, avec un différentiel de +2 lui aussi, à ses trois premières rencontres dans la LNH.


« Plus ça avançait dans la semaine, plus on sentait dans quelle direction on se dirigeait, a dit Therrien. Au point de vue des habiletés, plus ça allait et plus on était convaincu qu’ils étaient capables d’évoluer à ce niveau-ci. On a aussi tenu compte de la maturité des gars. Ce sont deux jeunes qui, en raison de leurs habitudes de travail, ont gagné le respect de leurs coéquipiers. Ils embarquent à fond dans notre concept d’équipe. Quand on regarde la situation globalement, on est convaincu d’avoir pris la bonne décision. Ils méritaient de rester. »


Un comportement exemplaire


« Il faut être humble sur la patinoire et en dehors, et c’est ce que j’essaie de faire, a indiqué Galchenyuk. J’essaie de travailler fort, de respecter mes coéquipiers et de m’amuser à gagner des matchs. »


« Ce sont de bonnes nouvelles mais en même temps, il y a encore du travail à faire, a quant à lui commenté Gallagher. La situation pourrait changer pour le pire tout aussi rapidement mais pour l’instant, c’est très excitant. Je ne changerai rien à mon jeu. »


« Je ne savais pas à quoi m’attendre au moment de me présenter dans le bureau, a reconnu Galchenyuk. Je pensais qu’ils voulaient me parler du prochain match. Ils m’ont dit que je restais et je suis aux oiseaux. C’est un rêve devenu réalité, non seulement pour moi mais pour toute ma famille. »

À voir en vidéo