L’Impact de retour sur le terrain


	Marco Di Vaio court derrière le nouvel entraîneur de l'Impact de Montréal, Marco Schällibaum.
Photo: La Presse canadienne (photo) Paul Chiasson

Marco Di Vaio court derrière le nouvel entraîneur de l'Impact de Montréal, Marco Schällibaum.

Le Québécois Patrice Bernier, qui a été nommé joueur par excellence de l’Impact l’an dernier, a d’ores et déjà indiqué que le courant circulait assez bien entre le nouveau pilote Marco Schällibaum et ses joueurs. « Ça va bien, il est proche des joueurs et il parle quatre langues, mais c’est le premier jour du camp et on avance petit à petit et on va appendre à mieux se connaître », a dit Bernier.


Même si un changement de philosophie est survenu durant la saison morte, l’Impact ayant décidé d’adopter une approche plus européenne, le camp d’entraînement s’est ouvert sous le signe de la continuité. Ainsi, 22 joueurs qui ont fait partie de l’équipe l’an dernier étaient de retour lundi en sol montréalais.


Une situation beaucoup plus propice à l’apprentissage et au développement de la chimie, de l’avis de plusieurs. « C’est le même groupe, il s’agit simplement de retrouver les automatismes. On ne part pas à zéro, et il faudra juste maximiser le potentiel de l’équipe pour atteindre nos objectifs cette saison », a dit Bernier.


Des commentaires qui ont trouvé écho dans ceux de Marco Di Vaio, le joueur de concession du onze montréalais. Ainsi, l’an dernier, l’Impact avait regroupé des individus qui luttaient pour faire partie de l’équipe, mais cette fois, l’ambiance est beaucoup plus conviviale.


« On se connaît entre nous et on sait qu’il faudra travailler l’exécution, a reconnu Di Vaio dans un français très amélioré. On est ensemble depuis un an et on sait qu’on doit peaufiner certains aspects du jeu, bien qu’on ait encore beaucoup de temps pour le faire. »


Sous l’oeil attentif de Schällibaum, les 31 joueurs invités au camp de l’équipe se sont livrés à des exercices de dribble, de centres, de coups de pied sur réception et de relances qui ont duré un peu plus d’une heure.


Bernier, auteur de neuf buts l’an dernier, a indiqué qu’il s’agissait surtout d’une journée de « mise en jambes ». Le Brossardois a ajouté qu’il s’attendait à voir la cadence augmenter au cours des prochains jours.


Les joueurs ont ensuite disputé un petit match amical intra-équipe d’une heure, ne serait-ce que pour retrouver leurs instincts.

À voir en vidéo