La LNH et l’AJLNH rencontrent un médiateur séparément, mais aucune négociation n’est prévue

Les négociations entourant le renouvellement de la convention collective de la LNH atteindront vraisemblablement la date limite.


Les deux parties ont participé à un processus de médiation qui était toujours en cours en début de soirée vendredi, mais les dirigeants de la LNH et de l’Association des joueurs ne se sont pas assis dans la même salle. Aucune négociation directe entre les deux parties n’a eu lieu, à une semaine de la date butoir, afin de préserver la saison.


On croyait qu’une entente était à portée de la main après samedi dernier, ce qui aurait permis la mise en place d’un calendrier de 52 matchs. Les camps d’entraînement auraient alors commencé ce week-end, et la saison se serait mise en branle dès samedi prochain.


Maintenant, le dernier scénario possible serait une saison de 48 parties et le commissaire Gary Bettman a indiqué clairement qu’une entente devait être en place d’ici le 11 janvier afin que cela soit possible.


Cette autre semaine perdue, ainsi qu’une autre tranche de 60 matchs rayés du calendrier, coûteront environ 130 millions $US en revenus aux équipes, selon une source, ou environ 120 000 $ par joueur.


Le médiateur Scot Beckenbaugh discutait séparément avec des représentants de l’AJLNH et de la ligue, vendredi, dans l’espoir de ramener les deux belligérants à la table des négociations après qu’ils eurent passé une bonne partie de la journée de jeudi sans se parler. On ignore pour le moment la date et l’heure de la prochaine rencontre officielle entre les deux parties.


La dernière fois que les deux parties se sont rencontrées afin de négocier remonte à mercredi soir, quand la rencontre s’était étirée jusqu’aux petites heures jeudi matin. Ces négociations avaient été suffisamment intéressantes pour que l’AJLNH décide de laisser passer une occasion de déposer un déni d’intérêt avant la date butoir de mercredi à minuit. Les joueurs ont depuis recommencé à voter afin de donner de nouveau ce pouvoir au comité exécutif. Le vote prendra fin à 18 h samedi.


Pendant ce temps, l’avocat Shepard Goldfein - qui représente la LNH - a déposé une note de service dans une cour de district de New York, afin d’informer le juge Paul Engelmayer que les deux parties s’étaient entendues sur le fait qu’il ne serait pas nécessaire de recevoir un calendrier accéléré des échéanciers, en dépit de l’état des pourparlers.


Cela signifie que le conflit de travail ne se rendra probablement pas en cour, sauf si la LNH et l’AJLNH ne s’entendent pas et que la saison est annulée.


Les personnes impliquées dans les négociations ont indiqué ressentir plus de pression à l’approche de la dernière date butoir afin de préserver la saison. Certains ont froncé les sourcils quand le défenseur des Penguins de Pittsburgh Kristopher Letang a signé un contrat cette semaine avec l’équipe de Saint-Pétersbourg dans la KHL, mais son coéquipier Sidney Crosby a mentionné vendredi qu’il préférait attendre le dénouement du conflit de travail avant de se rendre en Europe afin de jouer au hockey. « On attend depuis longtemps, on essaie d’être optimistes, alors on peut attendre une autre semaine ou jusqu’à ce que nous connaissions le dénouement, a déclaré Crosby au quotidien Pittsburgh Tribune-Review. Qu’est-ce qu’une semaine de plus ? Après ça, j’aurai une bonne idée de ce que je vais faire. »


Les deux parties se sont rapprochées depuis un échange de propositions le 27 décembre dernier, mais doivent toujours s’entendre, entre autres, sur le montant du plafond salarial la saison prochaine, la durée maximale des contrats des joueurs, la variation du montant des salaires d’une année à l’autre, la durée de la convention collective et le plan de pension des joueurs, entre autres choses.

À voir en vidéo