Steven Stamkos tente de rester positif

Steven Stamkos
Photo: La Presse canadienne (photo) Mike Carlson Steven Stamkos

Ce n’est pas parce que Steven Stamkos vit présentement la plus longue période de sa vie sans disputer de match de hockey compétitif qu’il broie nécessairement du noir.

Il y a toujours des moments hilarants lorsque le joueur étoile de la Ligue nationale saute sur la patinoire, une fois par semaine, pour disputer un match amical en compagnie de son père Chris et de quelques copains, dont certains d’entre eux ont trois fois son âge. Il y a aussi ces séances d’entraînement hors patinoire supplémentaires en compagnie de son ami et mentor Gary Roberts, qui, dit-il à la blague, flirte avec la possibilité de le rendre trop imposant pour jouer au hockey.


Et puis, il y a la fébrilité traditionnelle à l’approche de Noël, qu’il devrait pouvoir fêter pour la première fois depuis six ou sept ans en compagnie de sa famille à Markham, en Ontario.


« Certes, c’est difficile, et c’est frustrant, mais il faut essayer de trouver des points positifs », dit Stamkos.


Il ne fait cependant aucun doute que le marqueur le plus dangereux de la LNH ressent la douleur provoquée par le lockout. Lors d’une rencontre avec plusieurs journalistes lundi après-midi, alors qu’il se trouvait sous le légendaire toit courbé du bâtiment jadis connu sous le nom de Maple Leaf Gardens, l’attaquant du Lightning de Tampa Bay n’a pu s’empêcher d’exprimer son mécontentement. « C’est frustrant, a dit Stamkos. Tu pratiques quelque chose pendant toute ta vie et tu ne t’arrêtes jamais véritablement pour y penser. Tout ce que tu fais est orienté vers le hockey. Maintenant que tout est en suspens, c’est difficile. »


Parvenant finalement à se contenir, le jeune homme âgé de 22 ans a rapidement redirigé la conversation vers un match-bénéfice qui sera présenté mercredi soir, dans lequel il sera le capitaine d’une équipe qui affrontera celle du défenseur du Canadien de Montréal P. K. Subban.


Pour Stamkos, il s’agit d’une occasion de tirer du positif d’une situation négative. Il pourra entre autres patiner aux côtés de James Neal, Dion Phaneuf, Phil Kessel et Logan Couture, et les profits générés par ce match présenté à guichets fermés au Mattamy Athletic Centre iront au Fonds buts et rêves de l’Association des joueurs de la LNH et au programme Vive le hockey RBC.


« Quand il n’y a pas de hockey, vous tentez de trouver autre chose à faire et une belle cause à laquelle participer, a dit Stamkos. C’est l’une d’entre elles. »

3 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 18 décembre 2012 08 h 12

    Pas de hockey

    Pas de hockey et l'économie canadienne ne s'est pas effondrée?
    Ce sera Noël dans quelques jours et tout le monde est de bonne humeur!
    Est-ce que «Our national sport» / notre sport national nous manque collectivement autant que ça?

  • sylvain chartrand - Inscrit 18 décembre 2012 10 h 30

    Ce vote de renonciation, c’est de la bull$hit de négociation.

    Mais si ca arrivait pour vrai voici le scénario. La ligue survivrait dans un libre marché sans balise (sans convention). Les riches se paient les meilleurs joueurs donc auront les meilleures équipes. 500 joueurs se ramassent avec les miettes des 20 équipes les plus pauvres qui perdaient même de l’argent dans l’ancien régime puisque le plancher salarial était trop haut. On se retrouverait avec 500 très petits salariés pour 200 joueurs surpayés et une parité de la ligue inexistante.

    D’autant plus, si c’est la dissolution du syndicat… qui les représenterons en cour ou même pour un règlement futur contre les proprios si ils n’ont plus droit d’association? Ils n’auront même plus droit aux finances de leur syndicat (cotisations, salaires…) puisque celui-çi sera aussi dissolue. Ça veut dire Fehr : dehors! Bref, pour moi tout ça n’est que du chantage.

  • philippe ouimet - Inscrit 18 décembre 2012 13 h 45

    perte de focus chez la LNH

    L'amour du jeu est remplacer par les $$$$$ et comme partisan je n'ai plus les moyens d'invité mes petits fils à une joute au Centre Bell....malgré cela j'ai eu la chance de découvrir la LHJMQ et plus spécifiquement L'Armada de Blainville Boisbriand...quel beau spectacle,finalement du hockey inspirant, les billets sont abordable, le stationnement est gratuit et l'Arèna est rempli à craquer avec un atmosphère électrifiant!!!.....La LNH ainsi que Association des joueurs aurait intérêt de retourner aux sources et d'aller voir ce qui se passe dans les rangs juniors.....Chapeau à Joel Bouchard et son organisation!!!!!