Lockout dans la LNH - Les tribunaux vont s’en mêler

Photo: La Presse canadienne (photo) Mark Humphrey

Il semble que la prochaine bataille liée au lockout dans la Ligue nationale de hockey va se dérouler devant les tribunaux.


La LNH a déposé une plainte pour obtenir une déclaration confirmant la légalité du lockout, en cour fédérale à New York, en plus d’accuser les joueurs d’être de mauvaise foi dans les négociations, auprès du National Labor Relations Board.


Cela survient après que les joueurs de la LNH ont fait un pas de plus vers la dissolution de leur association, qui leur permettrait de poursuivre la ligue en recours collectif dans le cadre des lois antimonopoles.


Selon des sources, la branche exécutive de l’AJLNH a demandé à ses membres de voter pour lui donner la capacité de déposer une renonciation de droits. Ce vote se tiendra d’ici quelques jours.


Si la branche exécutive de 30 membres obtenait le droit de déposer la renonciation, rien ne garantit toutefois qu’elle irait dans cette direction.

 

L’avenue de la renonciation


Les joueurs de l’Association nationale de basketball ont emprunté l’avenue de la renonciation pendant le lockout de la saison dernière. Ils ont accepté une nouvelle convention collective 12 jours plus tard, ce qui a mené au rétablissement de leur association.


Jeffrey Kessler, le négociateur en chef de l’Association des joueurs de la NBA dans cette dispute, croit que l’AJLNH agirait de façon logique en suivant l’avenue de la renonciation.


« Je crois que ça permettrait de faire débloquer les pourparlers beaucoup plus rapidement, a dit Kessler vendredi. Les joueurs ont conclu qu’ils sont très près de réaliser qu’il est préférable de ne pas être un syndicat et d’utiliser les lois antimonopoles pour attaquer le lockout, ce qui rendrait tous les amateurs heureux puisque ça fonctionnera. J’estime que tous les amateurs souhaitent que le lockout prenne fin. »


Les porte-parole de la ligue et de l’AJLNH ont refusé d’émettre des commentaires vendredi après-midi.


Si les hockeyeurs s’aventuraient dans cette procédure de déni d’intérêt, le directeur de l’AJLNH, Donald Fehr, ne serait plus responsable de négocier pour eux. En fait, ils ne seraient plus considérés comme une entité collective.


On croit que les joueurs tenteraient de faire déclarer le lockout illégal, ce qui pourrait leur donner le triple de leurs salaires perdus en dommages s’ils obtenaient gain de cause.


La LNH se préparait à cette possibilité. La semaine dernière, le commissaire Gary Bettman a répondu à une question sur la désaccréditation en disant qu’il était davantage probable que les joueurs cherchent à obtenir un déni d’intérêt. Il s’est aussi assuré que les gouverneurs soient informés du dossier pendant la réunion du 5 décembre, à New York.


Les matchs ont été annulés jusqu’au 30 décembre, et un nouveau pacte devrait être signé d’ici à la mi-janvier si on veut sauver une saison de 48 matchs, le minimum à considérer comme calendrier selon Bettman.


La LNH et les joueurs ont passé deux jours avec un médiateur fédéral américain, cette semaine, sans toutefois faire de progrès en vue d’un nouveau contrat de travail.