cache information close 

Jeux olympiques de Londres - C’est l’heure, avant l’heure!

Londres – Le tournoi de soccer des Jeux olympiques de Londres débute aujourd’hui avec six rencontres du tournoi féminin, 48 heures avant la cérémonie d’ouverture.
 
En après-midi, le duel entre la Grande-Bretagne et la Nouvelle-Zélande à Cardiff, au pays de Galles, donnera le coup d’envoi de 19 jours d’épreuves, au cours desquels 302 titres olympiques seront distribués.
 
Le tournoi masculin, lui, commencera demain avec le match Honduras – Maroc. Ces compétitions ont été avancées, afin d’offrir aux joueurs et joueuses au moins 72 heures de récupération entre deux rencontres.
 
Au passage, les JO permettront de voir à l’œuvre des équipes britanniques de soccer, alors que les quatre nations constitutives du Royaume-Uni défendent habituellement chacune leurs couleurs au soccer. La dernière apparition d’une équipe britannique de «foot» aux Jeux olympiques remonte à 1960.
 
Le coup d’envoi des Jeux intervient aussi en plein Ramadan, provoquant un dilemme chez de nombreux athlètes de confession musulmane qui, selon la tradition, doivent se priver de nourriture et de boisson du lever au coucher du soleil. Ce qui semble difficile à concilier avec la pratique du sport de haut niveau.
 
Ramadan

Les 72 sportifs marocains ont ainsi été autorisés à ne pas observer le Ramadan, à la condition de jeûner plus tard pour les jours non respectés à Londres. Les joueurs de soccer ont cependant choisi de faire le Ramadan durant le tournoi olympique.
 
Comme le Maroc, l’Algérie, l’Égypte, l’Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis et la Malaisie ont autorisé leurs athlètes à repousser le jeûne de plusieurs jours, mais c’est souvent le choix individuel de conscience qui prévaut.
 
À trois jours de l’ouverture des Jeux par la reine Elizabeth II, les délégations se sont succédé à la gare internationale de St Pancras ou à l’aéroport de Heathrow, principales portes d’entrée sur le sol britannique.
 
Ces arrivées semblent combler le président du Comité d’organisation, l’ancien athlète Sebastian Coe, qui mesure le chemin parcouru depuis les premiers pas de la candidature de Londres 2012, il y a huit ans.
 
« Quand nous étions là, en 2004, visitant le site, ou lors de la visite de la Commission d’évaluation [du Comité international olympique] au début 2005, j’essayais de leur expliquer qu’à la place d’une pile de frigos rouillés il y aurait le stade et derrière, la piscine. Quelle transformation ! », a dit à l’Agence France-Presse le double champion olympique du 1500 mètres (1980, 1984).
 
Coe a souligné qu’une cérémonie d’ouverture réussie, vendredi, donnerait un bel élan aux Jeux. Un chaud soleil inondait Londres hier. Mais la pluie est annoncée en fin de semaine.