Ecclestone exige des rénovations au circuit Gilles-Villeneuve

Le grand patron de la Formule 1, Bernie Ecclestone, demande à ce que le circuit Gilles-Villeneuve soit rénové avant d’entrer en négociation avec la Ville de Montréal pour assurer la tenue du Grand Prix du Canada au-delà de 2014.

Selon ce qu’affirmait La Presse sur son site Web hier, M. Ecclestone demanderait des rénovations d’une valeur de 15 millions de dollars. L’entente liant Formula One Management, la Ville et ses partenaires, survenue en 2009 après un été sans Grand Prix en raison d’une mésentente, arrivera à échéance en 2014.


Le cabinet du maire de Montréal n’a pas voulu confirmer ces chiffres, mais a indiqué que des discussions ont bel et bien cours.


Bernie Ecclestone « offre la possibilité aux partenaires concernés de prolonger cette entente jusqu’en 2024, a simplement déclaré la Ville par voie de communiqué. Dans cette optique, les partenaires discutent actuellement des conditions afin de reconduire cette entente de dix ans. »


Le Grand Prix du Canada existe à Montréal depuis 33 ans, a rappelé le maire Gérald Tremblay. « Nous en sommes très fiers et je tiens à rassurer tous les amateurs de Formule 1 et tous les Montréalais que nous ne ménagerons aucun effort pour le garder ici à Montréal. »


Le ministre des Finances, Raymond Bachand, a confirmé hier que Québec et Ottawa cherchent à assurer la continuité du Grand Prix du Canada. Il a dit comprendre que M. Ecclestone veuille s’assurer d’investissements minimaux pour garder les installations en bon état.


La chef de l’opposition à la Ville de Montréal, Louise Harel, est bien d’accord qu’il puisse être nécessaire de rénover le circuit vieillissant. Des programmes fédéraux et provinciaux pourraient certainement aider la Ville, rappelle la chef de Vision Montréal. « La grande question, c’est de savoir est-ce que ça s’arrêtera là, ou Bernie Ecclestone va avoir un appétit insatiable à l’avant-veille de la renégociation ? C’est ça, l’inquiétude. »


En 2009, Québec, Ottawa, Montréal et l’organisme Tourisme Montréal avaient accepté de verser 75 millions sur cinq ans au grand patron de la Formule 1. Au début des négociations, M. Ecclestone avait plutôt demandé 175 millions.


Le circuit Gilles-Villeneuve, construit en 1978, se fait vieillissant, bien que des travaux de réfection de la chaussée aient eu lieu avant les Grands Prix. La tour de contrôle et les garages ont plus de 25 ans, selon ce que rapporte La Presse.


L’événement de course automobile engendre des retombées de près de 90 millions de dollars à Montréal.

4 commentaires
  • Gaston Langlais - Inscrit 10 mai 2012 06 h 16

    Marcher sur les genoux...

    Boinjour,

    Marcher sur les genoux, faire des courbettes et des excès de politesse devant MM. Ecclestone et Bettman pour obtenir des courses de bazous à Montréal et pour jouer au hockey à Québec, c'esr trop. S'intéresser autant au gaspillage sans gêne aucune de fonds publics serait plus payant.

    Gaston Langlais - Gaspé.

  • Louis-Philippe Tessier - Abonné 10 mai 2012 10 h 49

    L'important c'est de ne pas participer.

    Je me sens mal de vouloir à tout prix conserver une course de voiture qui n'a aucun scrupule à tourner sur un circuit à Bahreïn pendant que la population locale se fait violemment réprimé.

  • Leclerc Éric - Inscrit 10 mai 2012 17 h 50

    Chantage d'un multi-millionnaire ?

    Ecclestone sait mieux que quiconque combien d'argent est dépensé en une SEULE fin de semaine pendant cet événement, et connait encore mieux les retombées fiscales du grand prix (taxes sur hébergement, essence, repas, achats divers, alcool, etc.) Exigerait-il maintenant que les gouvernement lui signent un chèque de 15 M$ pour qu'il fasse pression auprès du looby de course automobile pour conserver les courses à Mtl ? A-t-il reçu d'autres offres pour déménager le grand prix ailleurs au Canada ? Veut-il se faire menaçant face à l'industrie touristique et aux propriétaires de boîtes de nuit ? Qui nous garanti comme contribuables, qu'une fois les millions investis que le grand prix DEMEURERA à Montréal jusqu'en 2024 ? J'espère que la ministre du tourisme ne va pas céder au chantage !

    • Claude Lamarche - Inscrit 11 mai 2012 21 h 54

      si montreal veut avoir un grand prix jusqu en 2024
      elle doit investir dans ses infrastructures plutot desuetes
      pour au moins 15 millions . voila ce qui a été dit et non
      tout ce que vous pouvez imaginer ou dire.