LNH - Le dossier de la mise en échec de Chara est entre les mains d'un procureur

Le dossier de la violente mise en échec qu'a appliquée Zdeno Chara à l'endroit de Max Pacioretty en mars dernier a franchi une autre étape maintenant que l'enquête du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) est terminée.

Il se trouve entre les mains d'un procureur de la Couronne, qui dispose des éléments qu'il avait demandés, et qui devra décider si des accusations seront déposées à l'endroit du défenseur des Bruins de Boston.

Chara a été rencontré au début du mois de juillet, à Boston, par les enquêteurs du SPVM. Il a été coopératif et a répondu aux questions des enquêteurs. Le défenseur a été la dernière personne rencontrée dans le cadre de l'enquête, qui s'est étirée en raison du long parcours des Bruins en séries éliminatoires.

Aucune décision ne sera cependant prise avant l'automne puisque le procureur en charge du dossier est actuellement en vacances, a précisé Martine Bérubé, porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Le 8 mars, au Centre Bell, Chara avait appliqué une violente mise en échec à l'endroit de l'attaquant du Canadien de Montréal, lui fracturant une vertèbre cervicale en plus de lui infliger une commotion cérébrale.

Le défenseur format géant n'avait pas été suspendu par la Ligue nationale de hockey (LNH), plaidant qu'il n'avait pas eu l'intention de blesser Pacioretty. Après sa mise en échec, Chara avait écopé une pénalité de partie pour mauvaise conduite.

L'attaquant du Tricolore, lui, avait raté le reste de la saison.

Après avoir déploré la décision de la LNH de ne pas suspendre le défenseur slovaque, Pacioretty avait voulu tourner la page sur l'événement en indiquant ne pas vouloir le poursuivre au civil.