Boxe - Les esprits s'échauffent à trois jours du combat Pascal-Hopkins

Québec — La tension monte et les esprits s'échauffent à trois jours du combat entre Bernard Hopkins et Jean Pascal au Colisée Pepsi de Québec.

À la toute fin d'une conférence de presse fort civilisée, hier à l'Hôtel de ville, les deux pugilistes se sont bousculés et invectivés au sujet de la ceinture WBC des mi-lourds, l'enjeu du gala de samedi soir.

Au moment du traditionnel face-à-face des boxeurs, l'aspirant américain a saisi la ceinture de Pascal des mains du maire Régis Labeaume, l'a cachée derrière son dos et a refusé de la remettre au champion en titre.

«C'est ma propriété!», répétait Pascal, irrité par les pitreries de «B-Hop».

La cohue a cependant été de courte durée. La photo des boxeurs en face-à-face a été prise et les deux camps ont emprunté des chemins opposés.

«Il essaie de jouer dans ma tête. C'est un jeu d'intimidation. Je l'ai fait souvent avec mes adversaires et c'est la première fois qu'on me le fait. Mais ça ne marche pas. J'ai un très bon psychologue, j'étais préparé à ce qui allait se passer», a plus tard soutenu Pascal, champion du monde WBC et IBO des mi-lourds.

Les deux hommes ne sont pas dépourvus d'ego, loin de là. En outre, Pascal n'a pas du tout apprécié entendre Hopkins, la veille à sa descente d'avion dans la Vieille Capitale, le traiter «d'idiot». «Hopkins a dit qu'il était intelligent et que moi, je suis idiot. Alors on verra qui est le p'tit con à la fin du combat», a-t-il prédit.

Généreux la veille dans ses commentaires et analyses de toutes sortes, «The Executioner» n'avait plus le goût de bavarder hier en conférence de presse. «Amusez-vous bien lors du combat», s'est limité à dire Hopkins, la mine sombre, lorsqu'il s'est présenté sur la tribune à la demande du chef de la direction de Golden Boy Promotions, Richard Schaefer, le promoteur associé au Groupe Yvon Michel (GYM) dans l'organisation de l'événement.

Pour les deux athlètes qui s'affronteront devant plus de 16 000 personnes entassées dans l'amphithéâtre des défunts Nordiques, l'issue du combat aura des conséquences majeures pour la suite des choses.

Hopkins, originaire de Philadelphie, espère écrire une nouvelle page d'histoire dans le grand livre de la boxe professionnelle. À un mois de son 46e anniversaire de naissance, «The Executioner» tentera de ravir le titre WBC des mi-lourds à Pascal pour ainsi devenir le boxeur le plus âgé à décrocher un titre mondial majeur.

Il surpasserait de quelques semaines «Big» George Foreman, qui avait remporté les ceintures WBA et IBF des lourds, le 5 novembre 1994, contre Michael Moorer, jusque-là invaincu.

«Combien de boxeurs, peu importe la division, peuvent espérer se retrouver dans pareille situation?», avait déclaré B-Hop (51-5-1, 32 K.-O.) à son arrivée à Québec mardi soir.

Battre le record de longévité est devenu la principale source de motivation pour celui qui a défendu son titre à 20 reprises chez les moyens et qui a battu de grosses pointures comme Oscar De La Hoya, Felix Trinidad, Antonio Tarver et Winky Wright.

De son côté, Pascal (26-1-0, 16 K.-O.) n'a jamais caché son ambition de devenir le meilleur boxeur «livre pour livre» de la planète boxe.

Il défendra pour la quatrième fois son titre WBC et pour la première fois celui de l'IBO remporté lors de son affrontement précédent contre l'Américain Chad Dawson, le 14 août 2010, à Montréal.

Le gala sera présenté à la télé payante dans une trentaine de pays, a fait savoir le réseau Showtime qui offrira le combat gratuitement pour ses abonnés américains.

Outre le combat principal Hopkins-Pascal, neuf autres affrontements sont inscrits à l'horaire, dont celui de demi-finale opposant le New-Yorkais Paul «Magic Man» Malignaggi (27-4-0, 5 K.-O.) au Mexicain Michael Lozado (36-6-1, 29 K.-O.). La jeune sensation britannique chez les lourds Tyson Fury (12-0-0, 9 K.-O.) figure également au programme et affrontera un adversaire qui reste à déterminer. Les espoirs québécois Kevin Bizier, Pier-Olivier Côté, Michael Zewski et Éric Martel auront quant à eux l'occasion de gonfler leur fiche professionnelle.