Le monde du hockey rend un dernier hommage à l’ancien entraîneur Pat Burns

La femme de Pat Burns portait une urne funéraire en forme de Coupe Stanley. <br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La femme de Pat Burns portait une urne funéraire en forme de Coupe Stanley.

Le monde du hockey a rendu un dernier hommage à l’ancien entraîneur de la LNH, Pat Burns, cet après-midi à Montréal.

Burns, le seul à avoir été élu entraîneur en chef par excellence dans la Ligue nationale de hockey en trois occasions avec trois équipes différentes, est décédé à l’âge de 58 ans, le 19 novembre, après un long et vaillant combat contre le cancer.

Plusieurs anciens et actuels joueurs, de même que le commissaire de la LNH Gary Bettman, ont assisté à ces funérailles célébrées à la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde, à Montréal, et présidées par le cardinal Jean-Claude Turcotte. Le premier ministre Jean Charest était également sur place.

Parmi les douzaines de joueurs présents, toute l’équipe des Devils du New Jersey, la formation avec laquelle Burns a remporté la Coupe Stanley en 2003, a fait le déplacement. Raymond Bourque, Patrick Roy, Tie Domi, Mike Gartner, Luc Robitaille, les dirigeants des Maple Leafs de Toronto Brian Burke et Cliff Fletcher étaient également présents.

Plusieurs ont accepté de partager quelques souvenirs de l’entraîneur et de l’homme sur le parvis de l’église. Tous s’entendaient pour dire que c’était un entraîneur exigeant qui a toujours su obtenir le meilleur de ses joueurs.

«Il criait parfois plus fort qu’il ne mordait, mais il savait se faire entendre. Mais il pouvait également être compréhensif et soutenir ses joueurs, a révélé Bourque, l’ex-défenseur des Bruins de Boston et de l’Avalanche du Colorado.

«C’était plaisant de jouer pour lui. C’est le meilleur entraîneur défensif pour qui j’ai joué.»
Le gardien Martin Brodeur des Devils se souvient toujours de l’année de rêve qu’il a connue avec Burns derrière le banc au New Jersey.

«Quand je pense à lui, j’ai un grand sourire. J’ai non seulement gagné la Coupe Stanley avec lui mais nous étions proches sous d’autres rapports, nous faisions de la moto ensemble», a confié Brodeur.

Patrick Roy se souvient non seulement de l’intensité de Burns mais aussi de sa capacité à motiver ses joueurs.

«Il trouvait toujours une façon de faire sentir à ses joueurs qu’ils étaient importants pour l’équipe et je crois que c’est une grande qualité», a mentionné Roy.

Le premier ministre Jean Charest était présent, en compagnie des ministres Line Beauchamp et Norman MacMillan.

«M. Burns a laissé un très bon souvenir dans ma région, dans les Cantons-de-l’Est, a affirmé M. Charest. C’était un homme avec beaucoup de détermination, capable de vision. Je le trouvais très inspirant, dans tout ce qu’il a accompli. Même dans la maladie, il a fait preuve d’un grand courage.»

Avant la cérémonie, la conjointe de Burns, Line, et ses enfants, Jason et Maureen, ont accepté les condoléances.

Le propriétaire du Canadien, Geoff Molson, était à la tête de l’imposante délégation de l’équipe montréalaise. Il était accompagné du directeur général, Pierre Gauthier, de l’entraîneur-chef Jacques Martin, et des autres membres de l’état-major.