La coupe Grey reste à Montréal

Les joueurs des Alouettes tenant la coupe Grey, hier, après avoir battu les Roughriders de la Saskatchewan 21 à 18 au stade du Commonwealth d’Edmonton.<br />
Photo: Agence Reuters Shaun Best Les joueurs des Alouettes tenant la coupe Grey, hier, après avoir battu les Roughriders de la Saskatchewan 21 à 18 au stade du Commonwealth d’Edmonton.

Conserver un titre dans la Ligue canadienne de football n'est point tâche aisée: depuis 1997, personne n'y est parvenu. Ou plutôt, n'y était. Car les Alouettes de Montréal ont réussi l'exploit.

Dans une bataille de tranchées à forte teneur défensive, les hommes de l'entraîneur-chef Marc Trestman lui ont donné une deuxième coupe Grey consécutive, hier soir au stade du Commonwealth d'Edmonton, en s'imposant de justesse devant les Roughriders de la Saskatchewan par la marque de 21-18. L'équipe aura donc su surmonter son désavantage lié à ses conditions de logement...

En ce 98e match de la Coupe Grey, les Alouettes en étaient à leur troisième participation d'affilée et à leur cinquième en six ans. La saison dernière, ils avaient aussi battu les Riders en joute ultime.

Les Montréalais ont tranché le débat au quatrième quart à la faveur d'une série offensive sur 81 verges qui s'est conclue par un touché qui leur donnait une avance de 10 points, la plus large de la rencontre. L'ailier Jamel Richardson, qui a largement contribué à cette séquence avec deux gros attrapés, a été nommé joueur par excellence de la rencontre.

Ce fut un match serré tout du long.

Après une première séquence infructueuse en attaque, les Alouettes ont orchestré une poussé qui leur a permis d'ouvrir le score alors qu'ils profitaient d'une bonne position sur le terrain. Quatre jeux, 38 verges, et Avon Cobourne a couronné le tout avec un touché sur une course de trois verges. On se rappelait dès lors qu'en 2010, Montréal n'avait jamais perdu un match lorsqu'il avait marqué en premier.

On a ensuite grimacé un brin en voyant le demi défensif des Riders Leron Mitchell se tordre une jambe lors d'une chute à trois. Ayoye. Il a dû être évacué du terrain par camionnette et n'est pas revenu dans l'action, victime d'une fracture.

La série suivante des Alouettes à l'offensive se dessinait bien avec quelques longs gains, mais elle a pris fin de manière insatisfaisante pour eux quand Damon Duval a raté une tentative de placement de 31 verges. Le ballon étant sorti de la zone des buts, ce fut un simple. 8-0.

Les hommes en vert n'ont pas tardé à répliquer. Profitant notamment d'une punition pour obstruction sur un receveur de passes dans les buts, ils ont enregistré une montée de 65 verges jusqu'au touché sur plongeon du porteur de ballon Wes Cates. La marge était réduite à un seul point à la fin de l'engagement initial.

Le début du deuxième quart fut l'affaire du secondeur de la Saskatchewan Jerrell Freeman, auteur d'un sac d'Anthony Calvillo et d'une passe rabattue. Reprenant possession, les Riders ont tiré profit d'une passe de 40 verges de Darian Durant à Cary Koch, mais n'ont pu atteindre la zone payante. Ils se sont néanmoins emparés de l'avance, 10-8, sur un botté de précision de 27 verges de Warren Kean.

La défense avant tout

On assista par la suite à une domination des unités défensives de part et d'autre, Calvillo et Durant étant sérieusement pressés à quelques reprises. Succession de dégagements au menu, dont l'un se conclut en un simple d'Eddie Johnson. C'est sur une priorité de trois points des Riders que l'on rentra aux vestiaires pour la mi-temps.

Les Alouettes ont effectué une belle poussée en milieu de troisième quart, partis de leur propre ligne de 12 mais freinés à la porte des buts adverses alors que Calvillo pratiquait la stratégie des passes courtes. Il revenait à Duval de créer l'égalité avec un placement de 32 verges. Retour à la case départ.

Et au risque de se répéter, les défenses se montraient dominantes tout au long de la période. Alors qu'il restait 15 minutes à jouer, on nageait en pleine impasse, 11-11.

Dès le début du quatrième quart, Duval s'imposait cependant de nouveau en se faisant précis sur 42 verges pour redonner une courte avance à son équipe.

On croyait peu après qu'un tout premier revirement dans la joute s'était produit, mais une interception du secondeur Byron Bullock a été annulée par une punition pour obstruction commise par lui-même. Ce qui a permis aux Montréalais, notamment sur deux attrapés spectaculaires de Richardson, de se rendre jusqu'au bout par les bons soins de Cobourne sur une course de deux verges.

Les Riders n'avaient toutefois pas dit leur dernier mot. Alors que leur séquence à l'attaque s'amorçait de la ligne de 32 adverse, Durant repérait l'ailier Andy Fantuz, joueur canadien par excellence cette saison, qui amenait le ballon à une verge des buts. Une passe subséquente au garde sherbrookois Marc Parenteau, admissible sur le jeu, portait le score à 21-18 Montréal.

Mais c'était trop peu, trop tard, et une interception de Billy Parker viendrait fermer les livres et faire en sorte que la coupe Grey demeure là où elle était.
2 commentaires
  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 29 novembre 2010 08 h 21

    Et la Coupe Vanier sur la Grande Allée

    avec des joueurs de chez nous seulement.

  • Jacques Saint-Cyr - Inscrit 29 novembre 2010 10 h 40

    @Rodrigue Tremblay: restons entre nous

    Ben oui, pourquoi pas une LNH Montréal-Laval-Longueuil-Québec-Sherbrooke et Trois-Rivières. Francophones seulement acceptés.

    Et pourquoi pas une commémoration de la bataille des Plaines avec français et québécois seulement. Six hurons de lorretteville seraient admis, par grandeur d'âme. Ils tireraient leurs salves sur des anglais en carton.