Entre Gionta, Plekanec et Kostitsyn - Triple chimie chez le Canadien

Quand Brian Gionta est arrivé chez le Canadien, à l'été 2009, on a beaucoup fait état de la complicité qu'il avait avec Scott Gomez. Sauf que la chimie qu'il y a entre lui et Tomas Plekanec n'est pas si mal non plus.

Pendant que Gomez continue de végéter chez le Tricolore malgré des efforts récents pour s'extirper de sa léthargie, Gionta semble avoir débloqué depuis qu'il a été jumelé à Plekanec.

Et plus récemment, le retour d'Andrei Kostitsyn aux côtés du numéro 14 tchèque a permis de décupler les forces du premier trio du Canadien.

Après avoir uni ses efforts pour récolter collectivement quatre points dans la victoire de 4-1 contre les Kings de Los Angeles, mercredi, le trio Plekanec-Gionta-Kostitsyn a totalisé sept points face aux Sabres, samedi.

«C'est facile de jouer avec [Plekanec], a affirmé Gionta après son doublé de samedi. Il travaille extrêmement fort, il est excellent en soutien de la rondelle. Quand on avait joué la saison dernière en matchs préparatoires, la chimie avait été bonne là aussi.

«Et Andrei fait du bon travail présentement. Il fonce au filet et il bouge les pieds.»

Simple bénéficiaire

Gionta estime qu'il a été le simple bénéficiaire du bon travail de ses compagnons de trio lors des séquences qui ont mené à ses deux buts aux dépens des Sabres. Et ce, même s'il est celui qui a initié le deux-contre-un qui a mené à son premier filet — permettant aux siens d'effectuer un jeu de transition à la vitesse de l'éclair — et s'il a eu la présence d'esprit de s'amener en soutien à Plekanec juste au bon moment pour donner aux siens une priorité de 3-0.

«Andrei a fait un excellent jeu sur mon premier but. Il a bien placé la rondelle à travers les jambes et le bâton du défenseur, ce qui m'a permis de me retrouver à toutes fins utiles devant un filet désert, a expliqué Gionta. Puis [Plekanec] a fait un excellent jeu profondément dans leur zone, et j'ai tout simplement poussé la rondelle vers le filet.» Lors du deuxième but de Gionta, Plekanec a remporté sa bataille dans le coin de la patinoire face au défenseur format géant des Sabres, Tyler Myers. Et ce, même si l'attaquant tchèque lui cède neuf pouces au chapitre de la taille.

«On le voit souvent dans son cas, [Plekanec] va remporter des batailles contre des joueurs adverses. Il est très fort sur la rondelle, a noté Gionta. Il est un de nos meilleurs joueurs, il a fait preuve d'une belle constance, et souvent on ne remarque pas tout ce qu'il fait d'utile.»

Outre ses deux buts, Gionta a trouvé tout aussi valorisant de contribuer à une autre soirée parfaite du désavantage numérique montréalais. Celui-ci a blanchi le jeu de puissance des Sabres en quatre occasions, pendant que l'avantage numérique produisait une fois en cinq tentatives.

«C'est un aspect crucial de nos jours, a dit Gionta des unités spéciales. On a souvent été en désavantage numérique en deuxième période et Carey [Price] a eu un gros mot à dire là-dedans. Il a réalisé d'excellents arrêts, mais reste qu'on fait du bon travail en unités spéciales.

«On marque des buts aux bons moments en avantage, tandis que le désavantage répond lui aussi à l'appel dans les moments cruciaux. C'est ce qu'il faut.»

Après deux victoires entrecoupées de deux défaites au cours de la dernière semaine, le Canadien tentera de profiter d'un repos de trois jours pour amorcer une séquence gagnante, la prochaine semaine. Le Tricolore se retrouvera à domicile contre les Oilers d'Edmonton et les Sharks de San Jose, mercredi et samedi après-midi, respectivement, et à l'étranger contre les Devils du New Jersey, jeudi.

«On dirait que récemment, on joue un bon match puis un mauvais, un bon puis un mauvais, a reconnu Price. C'est un peu comme les montagnes russes. Mais on veut faire preuve d'une plus grande constance [dans la victoire].»