Organisation des Jeux du Commonwealth à New Delhi - Un ministre indien se déchaîne à Ottawa

Ottawa — Le ministre indien du Commerce et de l'Industrie, Anand Sharma, n'a pas mis de gants blancs, hier, pour se porter à la défense des Jeux du Commonwealth de Delhi, qui font face à d'importants problèmes d'organisation: il est allé jusqu'à faire un parallèle avec les Jeux olympiques de Vancouver.

En conférence de presse à Ottawa aux côtés du ministre canadien du Commerce international, Peter Van Loan, pour une annonce économique, M. Sharma s'est déchaîné lorsque les journalistes se sont mis à l'interroger sur l'événement, qui doit avoir lieu le mois prochain.

Le politicien a reconnu que les organisateurs avaient connu des «ratés», tout en assurant que l'Inde était un pays «civilisé» qui avait fait ce qu'il fallait pour faire des Jeux un succès. Il a rappelé que l'Inde avait été frappée par des inondations au cours des derniers jours.

«Aucun projet dans le monde ne se conclut à la perfection», a-t-il déclaré devant la Chambre des communes. «Nos invités seront bien reçus et les Jeux du Commonwealth seront festifs et mémorables, a-t-il ajouté. [...] Nous nous attendons au respect et à la compréhension de nos partenaires. Notre pays a été confronté à des critiques et à des préoccupations semblables lorsque nous avons tenu d'autres événements majeurs et nous avons fait mentir les sceptiques.»

Anand Sharma n'a pas manqué de faire remarquer que l'économie indienne était l'une des plus importantes du monde et que les autres pays avaient tout à perdre d'une mauvaise relation avec Delhi.

Il s'est ensuite montré encore plus incisif en soutenant que les athlètes qui hésitaient à se rendre à Delhi avaient peut-être peur de ne pas gagner de médaille.

Visiblement excédé par les questions, le ministre a fini par dire que les photos qui avaient été prises avant la tenue des Jeux de Vancouver, en février, et du sommet du G20, tenu à Toronto en juin, n'étaient pas plus flatteuses que celles qui circulent actuellement sur le piètre état des installations de Delhi.

«Quand vous avez organisé les Jeux de Vancouver et le sommet du G20, quelle sorte d'images étaient diffusées et quel genre de critiques se faisaient entendre?» a-t-il lâché, sous le regard perplexe de son homologue canadien.