Pas de panique!, dit Price aux partisans

Carey Price a connu une soirée difficile.<br />
Photo: La Presse canadienne (photo) Shaun Best Carey Price a connu une soirée difficile.

Brossard — «Calmez-vous et respirez par le nez. Ça ne fait que commencer. On ne gagnera pas la coupe Stanley au premier match présaison.»

Carey Price avait un message à livrer aux partisans du Canadien, hier, au lendemain de la première sortie «post-Halak» misérable qu'il a connue.

Le jeune gardien a cédé quatre buts en 10 lancers aux Bruins de Boston dans la défaite de 4-2 du Tricolore.

Il a été pris à partie par la foule, qui a tourné en dérision des arrêts de routine qu'il a effectués après le troisième but des Bruins en fin de première période.

Après le match, il n'a pas rencontré la presse.

La nuit portant conseil, douze heures plus tard il a replacé sa mauvaise performance dans son contexte, en plus de minimiser l'attitude désobligeante d'une minorité de partisans à son endroit.

«Ce ne sont que des matchs hors concours. Il n'y a pas d'enjeu et on ne tient pas compte des statistiques. On joue ces matchs pour retrouver la forme et le synchronisme, a-t-il dit. On ne peut pas afficher la forme de mi-saison dès le premier match présaison.»

Questionné au sujet de l'intransigeance du public, il a répondu y être passablement endurci. «Ce n'est rien que je n'ai jamais vécu auparavant. C'est une autre journée au bureau.»

Price a tout de même reconnu que les partisans ont la mèche courte, peu importe qu'on interprète leur réaction comme du mécontentement lié à l'échange de Jaroslav Halak. «Je ne sais pas quel était le message derrière, mais ce n'était pas la bonne façon de l'exprimer», a-t-il soutenu, en concédant que les protestations étaient le fait d'une minorité d'amateurs.

«Les gens sont courtois quand ils me rencontrent en ville. Aucun n'est venu me lancer au visage que je suis pourri. Dans une foule, les gens sont beaucoup plus courageux.»

Price n'envisage pas d'exiger de quitter l'organisation, advenant que la situation perdure ou empire. «Ce n'est pas mon genre de reculer devant un défi», a-t-il dit.
2 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 24 septembre 2010 08 h 57

    Les minus

    Camallari est solidaire de Price, entre minus, on se soutient.
    Mon petit Carey, la saison n'est même pas commencée ...

  • Nelson - Inscrit 2 octobre 2010 22 h 26

    CAREY, INQUIÈTE TOI PAS, TU AS DÉJÀ L'ÉQUIVALENT DE 150 MILLE DOLLARS PAR ANNÉE À VIE.

    CAREY, peut être peut t'aider penser qu'avec l'argent que t'as gagné et le contrat que tu viens de signer, t'as 150 mille dollars par année garantie À VIE.

    Sort donc de l'interieur de toi toute doute, toute crainte, toute anxieté, SOI HEREUX, AMUSE TOI AU TRAVAIL, JOUE TRANQUIL PEU IMPORTE CE QU'ARRIVE, JUIT DE LA VIE, PERSONNE A LE MOINDRE POUVOIR POUR TE DÉRANGER, ET MÊME PAS SI T'ARRIVAIS DE DONNER DES BUTS FACILES DE TEMPS À L'AUTRE, des choses qu'arrivent à tous les gardiens de but parce que fait partie du hokey.

    FAIT DE TON MIEUX, NE T'INQUIÈTE PAS, ET NE DONNE PAS DES EXPLICATIONS NI DES EXCUSES À PERSONNE.

    Et si tu sent, seulement si tu sent, que t'as des choses à regler avec toi même, prend les moyens pour.