Jeux du Commonwealth - Le premier ministre indien tente de mettre un peu d'ordre dans le chaos

À New Delhi, une femme est photographiée devant une affiche des Jeux du Commonwealth.<br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Pedro Ugarte À New Delhi, une femme est photographiée devant une affiche des Jeux du Commonwealth.

New Delhi — La Fédération des Jeux du Commonwealth a souligné hier que les autorités indiennes avaient réalisé des progrès pour améliorer l'état du village sportif, tandis que le premier ministre a convoqué une réunion de crise pour sauver l'événement du chaos. La paraticipipation de plusieurs pays restait toutefois en suspens, dix jours seulement avant l'ouverture des Jeux.

Le premier ministre, Manmohan Singh, devait rencontrer le ministre du développement urbain, Jaipal Reddy, et celui des Sports, M.S Gill, dans l'après-midi à New Delhi, selon un membre de son cabinet. «Les Jeux du Commonwealth sont le seul sujet de discussion à l'ordre du jour», a-t-il ajouté, signe de la volonté au plus haut niveau d'apaiser le tumulte des derniers jours.

Le directeur général de la Fédération, Mike Hooper, a reconnu qu'il y avait eu «des progrès», mais il y en avait «encore à faire», dans un entretien téléphonique avec l'AFP, ajoutant qu'il y avait eu «un déploiement significatif de moyens supplémentaires».

«Nous travaillons avec le gouvernement au plus haut niveau», a précisé le numéro deux de la Fédération.

Selon une source proche du dossier, les organisateurs ont fait venir des agents de nettoyage travaillant dans des hôtels de luxe à New Delhi. «Ils ont négocié avec certains hôtels cinq étoiles», a-t-elle dit.

La Fédération avait publiquement déclaré mardi que le village sportif était «répugnant», appelant à une intervention urgente de la part du gouvernement.

Les visiteurs ont décrit des tas de gravats dans les couloirs, des portes de douche montées à l'envers, des toilettes bloquées ou qui fuient, et des installations électriques défectueuses.

Le trésorier du comité organisateur, A.K. Mattoo, a publiquement présenté des excuses: «Je suis sincèrement désolé pour tout ce qui s'est passé et voudrais présenter des excuses non seulement de la part du comité organisateur, mais aussi au nom de tous ceux qui sont impliqués», a-t-il déclaré.

Plusieurs équipes ont retardé le départ de leurs athlètes dans l'attente de l'amélioration des conditions d'accueil au village sportif, mais les premiers contingents devaient arriver vendredi.

Le Canada, pour sa part, disait hier avoir confiance que les Jeux iraient de l'avant, mais continuait de suivre la situation de près. Un premier groupe d'athlètes canadiens devraient arriver en Inde dimanche.

***

Avec l'Agence France-Presse
1 commentaire
  • Fernand Trudel - Inscrit 24 septembre 2010 12 h 06

    Cette situation a des effets sur le GIEC

    Si le pays indien est si malpropre et si peu respectueux de l'environnement on se demande comment faire confiance au GIEC dont Rajendra K Pachauri est le président et est aussi le conseiller spécial auprès du gouvernement indien.

    Cette situation chaotique a des répercussions sur la confiance que l'on doit avoir auprès du GIEC mené par un indien qui est supposé être conscient de l,environnement. Or, cette situation démontre qu'il en est rien...