Cyclisme - Floyd Landis avoue s'être dopé

Floyd Landis, sept fois champion du Tour de France, est passé aux aveux.
Photo: Agence Reuters Archives Floyd Landis, sept fois champion du Tour de France, est passé aux aveux.

New York — Floyd Landis, déchu de sa victoire au Tour de France 2006 pour un contrôle positif à la testostérone, a avoué hier s'être dopé de manière systématique pendant plusieurs années. Le cycliste américain a accusé son compatriote Lance Armstrong d'être impliqué dans ces pratiques.

Landis a adressé des courriers électroniques aux autorités du cyclisme et à des commanditaires dans lesquels il détaille ses pratiques dopantes, rapporte le Wall Street Journal. Il dit avoir commencé à se doper en 2002, année qui a marqué son entrée au sein de l'équipe U.S. Postal Service, dirigée alors par Lance Armstrong.

Il accuse aussi les cyclistes américains Levi Leipheimer et Dave Zabriskie, ainsi que l'entraîneur Johan Bruyneel, qui a longtemps été proche d'Armstrong, d'être impliqués dans des affaires de dopage, selon le Wall Street Journal.

Armstrong, actuellement engagé dans le Tour de Californie, a réagi avant le départ de la 5e étape. «C'est notre parole contre la sienne. J'aime la nôtre», a-t-il déclaré. Bruyneel, Leipheimer et Zabriskie n'ont pas réagi pour l'instant.

Landis a également reconnu s'être dopé dans un entretien au site Internet ESPN.com. «Je veux soulager ma conscience», a-t-il déclaré.

Ces accusations ont fait réagir Pat McQuaid, le président de l'Union cycliste internationale (UCI), qui a déclaré à l'Associated Press que Landis «cherchait à se venger», notamment de Lance Armstrong. Il a ajouté que les allégations de Landis n'apportaient «rien de neuf», et qu'il avait «déjà fait ces accusations par le passé».

L'UCI a dit regretter que Landis accuse d'anciens coéquipiers sans donner aux autorités antidopage du temps pour enquêter. «Une enquête impartiale est un droit fondamental et M. Landis le comprendra étant donné qu'il a contesté, pendant deux ans, le fait qu'il n'a pas respecté les règlements antidopage en 2006», a précisé l'UCI dans un communiqué.

«Nous sommes très intéressés d'en savoir plus sur ce sujet et nous resterons en liaison avec l'Agence américaine antidopage et toute autre autorité ayant les compétences adéquates pour aller au coeur des questions posées», a affirmé pour sa part le président de l'Agence mondiale antidopage John Fahey.

Septuple vainqueur du Tour de France, Armstrong a fait l'objet de plusieurs accusations de dopage, mais n'a jamais été reconnu officiellement coupable. Il a toujours nié.