Soccer - L'Impact veut retrouver la magie de 2008 en championnat canadien

L'Impact de Montréal connaît un autre de ses lents débuts de saison, comme en fait foi son dossier de 0-1-1 jusqu'ici dans le championnat de la deuxième division de la USSF. Mais il n'aura d'autre choix que de commencer sur les chapeaux de roue dans le championnat canadien, qui commencera en trombe ce soir avec un duel contre le Toronto FC dans la métropole ontarienne.

Prélude à la Ligue des champions de la CONCACAF, le championnat canadien n'offre que très peu de marge de manoeuvre puisqu'il s'agit d'un tournoi rotation à trois équipes, et qu'une seule d'entre elles pourra ensuite passer à la phase internationale de la compétition.

Le onze montréalais prendrait les commandes du tournoi dès le départ avec une victoire aujourd'hui contre le Toronto FC, seul des trois clubs en lice à évoluer dans la Major League Soccer. On sait que les Whitecaps de Vancouver ont été acceptés en MLS mais sont toujours en USSF pour le moment.

Le défi est de taille mais l'entraîneur Marc Dos Santos, qui a plus d'un tour dans son sac quand vient le temps de trouver des éléments de motivation pour stimuler ses joueurs, a offert un point de vue particulier sur celui-ci, hier.

«Ce sont deux équipes championnes qui s'affronteront, soit Toronto, les champions canadiens [de 2009], et l'Impact, champions de la ligue», a-t-il souligné, en mettant ainsi les deux équipes sur un pied d'égalité alors que la MLS est pourtant le circuit supérieur au chapitre de la hiérarchie des ligues en Amérique du Nord. «Ça va être un grand match.»

L'Impact a baissé pavillon 1-0 à Toronto et 6-1 à Montréal contre la formation torontoise, l'an dernier lors du championnat canadien, mais avait surpris tout le monde, à commencer par le club canadien de la MLS, lors de l'édition inaugurale du tournoi en 2008. Cela avait valu au onze montréalais un parcours de rêve en Ligue des champions, qui avait culminé avec une victoire éclatante de 2-0 contre le Santos Laguna devant 55 571 spectateurs au Stade olympique, avant la débandade de 5-2 qui a suivi au Mexique.

«Il faut revenir à ce que nous avions accompli en 2008», a déclaré le milieu de terrain Tony Donatelli, qui a marqué le seul but de l'Impact dans ce tournoi l'an dernier. «Nous avons marqué une seule fois en 2009. Nous devons compter plus de buts et créer de bonnes occasions de marquer pour obtenir des points. Je crois que nous aurons besoin d'au moins 8 ou 9 points [en quatre matchs] pour gagner.»

«On sait qu'on a une rivalité contre Toronto, c'est une équipe canadienne. C'est important pour nous de faire bonne figure contre eux, a souligné le milieu Patrick Leduc. L'an dernier, ça ne s'était pas bien passé pour nous là-bas. Mais il y a plusieurs joueurs qui étaient là en 2008 quand on a fait match nul chez eux pour remporter le championnat canadien, et c'est là le genre d'atmosphère positive qu'on veut ramener pour faire un bon match là-bas.»

Pour faire bonne figure contre Toronto, les joueurs montréalais devront cependant améliorer certains aspects de leur jeu par rapport à leur prestation de dimanche contre les Timbers de Portland.

«Il y a des choses à ajuster», avait d'ailleurs dit Dos Santos après le match nul de 1-1 obtenu par l'Impact au moyen d'un but sur pénalité de Nevio Pizzolitto. Je pense que nos lignes, défensivement, étaient un peu trop écartées. On a parfois donné un peu trop d'espace en milieu de terrain, alors qu'on voulait qu'un des deux attaquants referme cet espace.»

L'entraîneur montréalais a toutefois dit avoir aimé l'attitude combative de ses joueurs.