Face aux Timbers de Portland - L'Impact ouvre sa saison par un match nul au stade Saputo

L’Impact devra encore attendre avant de remporter le premier match d’ouverture de son histoire au stade Saputo.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir L’Impact devra encore attendre avant de remporter le premier match d’ouverture de son histoire au stade Saputo.

L'entraîneur-chef Marc Dos Santos n'a pas vu son souhait exaucé, hier. L'Impact s'est contenté d'une nulle de 1-1 face aux Timbers de Portland, si bien que le onze montréalais devra attendre avant de remporter le premier match d'ouverture locale de son histoire au stade Saputo.

Ryan Pore a donné l'avance aux visiteurs à la 67e minute de jeu, avant que Nevio Pizzolitto crée à nouveau l'égalité au moyen d'un penalty à la 81e minute. Le nouveau capitaine de l'Impact a calmement placé le ballon à gauche alors que le gardien des visiteurs Steve Cronin a plongé à droite.

L'Impact a une fiche de 0-1-2 lors d'ouvertures locales au stade Saputo. Depuis sa création en 1993, le onze montréalais a un dossier de 10-2-5 lors de la première rencontre à domicile de la campagne.

Quelques joueurs de l'Impact se sont dits satisfaits d'une nulle dans les circonstances —comme l'a souligné le milieu Patrick Leduc, vaut mieux une nulle de 1-1 où l'équipe marque en deuxième, qu'une nulle où elle a mal protégé une priorité de 1-0. Ce n'était pas le cas de Dos Santos.

«Seuls les perdants sont heureux d'une nulle à domicile, a tranché l'entraîneur de l'Impact. À la maison, il faut gagner, il faut être plus fort que l'adversaire. C'est vrai qu'un point c'est mieux qu'aucun, mais ce n'est pas assez bon. «La différence avec l'année passée, a toutefois concédé Dos Santos, c'est que l'an dernier, on ne trouvait pas de solution quand on tirait de l'arrière. On perdait des matchs comme ceux-là.»

«Aujourd'hui, on a réagi. On méritait au moins une nulle et on l'a obtenue», a ajouté l'entraîneur, qui a vu ses joueurs dominer la deuxième demie 5-2 au chapitre des tirs. Les Timbers ont toutefois menacé aussi puisqu'à la 49e, à la suite d'un corner, Steve Purdy a vu son tir être bloqué sur la ligne de but par le milieu Leonardo Di Lorenzo.

C'est un bel effort individuel qui a permis à Pore d'enfiler son quatrième but de la saison. Celui-ci était entouré de trois joueurs de l'Impact dans la zone de réparation, mais il a détalé et s'en est facilement détaché pour ensuite battre Matt Jordan d'un tir bas à la droite du vétéran gardien.

Il a fallu un but sur penalty pour que le onze montréalais s'en tire avec la nulle. L'arbitre a semblé généreux sur la faute qui a mené au tir réussi de Pizzolitto. Roberto Brown, qui avait été envoyé sur le terrain après le but des Timbers, a été légèrement retenu, puis relâché par le défenseur des Timbers Quaras Kirk, avant qu'il ne chute — une réaction qui a semblé venir tardivement.

C'était un deuxième match sans victoire (0-1-1) cette saison pour l'Impact. Les Timbers, eux, sont restés invaincus (2-0-1) en trois sorties. Le but d'hier était le premier qu'ils accordaient cette année. La formation de Portland continue donc de bien faire même si elle compte 11 nouveaux joueurs.

«Ils donnent quand même l'impression d'avoir la même équipe que l'an dernier, a indiqué le vétéran milieu Patrick Leduc. Les visages ont peut-être changé, mais le système est le même. C'est une équipe bien organisée.

L'Impact n'a pas gagné contre les Timbers depuis le 8 septembre 2008. Depuis, le onze montréalais a trois défaites et une nulle face à Portland.

Le match, disputé à guichets fermés devant 13 034 spectateurs, mettait aux prises le champion des dernières séries — l'Impact — et le champion du calendrier régulier en 2009 — les Timbers. Cela a donné un duel âprement disputé, où les meilleures occasions de marquer ne sont survenues qu'en deuxième demie et où les prises de bec ont été nombreuses. L'arbitre a décerné quatre cartons jaunes de chaque côté.