Le Canadien face à l'élimination

Maxim Lapierre (à gauche), Tomas Plekanec (14), Sergei Kostitsyn (au centre), Dominic Moore (à droite) et Brian Gionta (21) à l’issue d’un match crève-cœur contre les champions de l’Association Est.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Maxim Lapierre (à gauche), Tomas Plekanec (14), Sergei Kostitsyn (au centre), Dominic Moore (à droite) et Brian Gionta (21) à l’issue d’un match crève-cœur contre les champions de l’Association Est.

Si d'aventure elles ont une odeur, mettons que ça commence à sentir les vacances. Le Canadien de Montréal a enfin dominé au chapitre des tirs au but, 39-36, en ce match no 4 de leur premier (et dernier?) tour éliminatoire mercredi au Centre Bell, il a offert dans l'ensemble une très bonne performance, mais cela n'a pas suffi. Deux buts des Capitals de Washington en milieu de troisième période, dont le second d'Alex Ovechkin dans la soirée, ont brisé une égalité de 2-2 et permis aux Caps de filer vers un gain de 6-3, leur troisième de suite. Washington mène maintenant la série 3-1 et pourrait y mettre fin dès vendredi chez lui.

Brillant, le gardien Semyon Varlamov s'est dressé devant le Tricolore et a maintenu son équipe dans la partie alors que l'adversaire donnait des assauts constants pendant les deux premiers engagements.

Pour le Canadien, il s'agissait d'une joute pratiquement sans lendemain. Il lui en reste un, mais celui-ci ne chante pas tellement.

Dès la première minute, Tomas Plekanec a écopé d'une pénalisation pour obstruction, mais le mystère de l'attaque à cinq du Washington qui ne produit pas s'est poursuivi. Fâcheuse séquence de 0 en 1000, ou quelque chose d'approchant.

Sept minutes, c'était au tour d'Andreï Kostitsyn d'aller visiter le pénitencier pour une infraction commise en zone offensive, ce qu'on appelle une punition stupide dans le métier. Et cette fois, l'énigme trouvait résolution. Sortie de Nicklas Backstrom qui repère sur sa droite le grand Ovechkin, qui dégaine avec le boni d'avoir un défenseur faisant fonction d'écran. Carey Price, partant pour la première fois, n'y voit que du feu, 1-0.

Mais la réplique fut prompte. Glen Metropolit sort du bureau pour frapper à la porte, Varlamov stoppe mais accorde un retour, que s'empresse de récupérer Michael Cammalleri du revers à l'embouchure. Nouvelle joute.

Point d'autre filet dans le reste de l'engagement initial malgré du jeu somme toute assez relevé.

Après que Semyon Varlamov se fut signalé sur un trois contre deux qui a fourni l'occasion à Sergeï Kostitsyn de s'offrir un tir dangereux pour donner une espèce de ton à la deuxième, Price l'a imité aux alentours de la mi-période en bloquant une offrande du défenseur Joe Corvo avec de la circulation devant lui. Entre les deux? Un bon rythme, mais beaucoup de passes sans destinataire aussi. À la moitié du temps réglementaire de la partie, l'impasse persistait, bien qu'on avait la conscience aiguë qu'en séries, l'impasse finit toujours, paradoxalement, par déboucher sur une issue.

À 12 min 29 s, sanction à Matt Bradley pour avoir porté son gouret à une hauteur illicite. Deux minutes d'une belle intensité, pendant lesquelles le Canadien se démenait pour se donner des occasions de marquer, mais Varlamov ne voulait pas savoir grand-chose. À trois ou quatre reprises, il donnait dans l'exploit, ce n'est pas trop dire.

Autre supériorité pour les locaux tout de suite après, scénario différent. De la pointe, Andreï Markov tire volontairement à côté du but dans le but de rejoindre Brian Gionta. Le disque va s'échouer sur la bande, revient devant, touche le derrière de la jambe de Varlamov, est libre. Gionta n'a qu'à le pousser, 2-1.

Mais les Caps étaient disposés à rebondir. En désavantage numérique parce qu'ils avaient eu trop de joueurs sur la glace un peu plus tôt, les visiteurs recréaient l'égalité lors d'une descente à deux contre un, Boyd Gordon à Mike Knuble, et voilà le travail, à sept petites secondes de la fin de la période par-dessus le marché. Des réminiscences du match no 3 surgissaient illico, car c'était aussi à court d'un homme que le Washington avait alors amorcé son travail de sape...

Du jeu serré en troisième, chaque équipe pressentant confusément, n'est-ce pas, qu'une bévue serait coûteuse. Serge K. a raté toute une occasion depuis l'embouchure sur une passe parfaite de Markov vers la 10e minute.

Puis, Alexander Semin est monté sur le flanc gauche, hors l'aile. Qui a-t-il trouvé au centre? En plein cela: Ovechkin. Et que fait un plomb du tsar depuis l'enclave, à bout pourtant? On ne s'en douterait pas à première vue, mais il fait 3-2.

Et 42 secondes plus tard, c'était au tour de Jason Chimera de faufiler l'aiguille. Le Centre Bell se refroidissait à vue d'oeil, si si. Price, lui, sans doute un peu fru, se voyait imposer un 10 minutes d'inconduite pour avoir dit des choses pas fines.

En désespoir de cause, le Canadien a retiré Price avec plus de deux minutes et demie à faire, et Knuble en a aussitôt profité. Dominic Moore a fait 5-3, mais la fin des programmes était déjà survenue. Backstrom en a ajouté un autre dans le filet désert. Rideau.