Pour le Canadien, le périple à l'étranger est le temps d'amorcer une poussée

Brossard — Finie la pause olympique. Le Canadien amorcera le dernier droit du calendrier de la LNH ce soir en rendant visite aux Bruins de Boston, entreprenant ainsi un important voyage de quatre matchs à l'étranger.

Après Boston, l'équipe se rendra à San Jose, à Los Angeles et à Anaheim, tout ça alors qu'elle n'a plus que 19 matchs à jouer et qu'elle accuse un retard d'un point au classement sur les Bruins, qui ont remporté quatre victoires de suite avant le congé olympique.

«C'est un gros voyage pour nous», a reconnu Brian Gionta, qui composait un trio avec Benoit Pouliot et Scott Gomez lors de la séance d'entraînement d'hier. «C'est le temps de faire une poussée.»

«Il y a tellement de parité, a renchéri Josh Gorges. Nous ne sommes pas les seuls à nous battre pour une place dans les séries. Il y a sept ou huit équipes. La pause nous a fait du bien. Déjà, nous avons plus d'énergie. Nous sommes prêts à continuer.»

Le Canadien occupe le huitième rang dans l'Est derrière les Bruins, qui ont toutefois trois matchs en mains. Il ne détient qu'une avance d'un point au huitième rang sur le Lightning de Tampa Bay et les Rangers de New York qui ont, par contre, joué deux et un match de moins que le Canadien.

«Il est important de nous concentrer sur notre premier voyage, a dit Jacques Martin. On doit jouer quatre matchs sur la route et on tire de l'arrière par un point sur les Bruins.

«On doit s'adapter. C'est le calendrier. On bataille contre eux», a-t-il ajouté en rappelant qu'il s'agira d'un match de quatre points à Boston.

Retours de joueurs-clés

Le Canadien a perdu ses deux derniers matchs avant la pause (les deux contre les Flyers). Mais il pourra compter sur le retour au jeu du défenseur Andrei Markov, qui n'avait pas affronté les Flyers.

De plus, Benoit Pouliot, qui a raté cinq matchs, et Andrei Kostitsyn, qui en a manqué 20, sont aussi rétablis de leurs blessures. Kostitsyn, inactif depuis le 31 décembre en raison d'une blessure au genou, formait une ligne d'attaque avec son frère Sergei et Tomas Plekanec.

Michael Cammelleri et Marc-André Bergeron, toujours blessés, ne feront pas le voyage.

«On espère qu'Andrei va retrouver son synchronisme d'avant, a dit Martin. Il a été absent pendant deux mois. Les retours de Pouliot et d'Andrei nous donnent plus de profondeur à l'attaque.»

En ce qui concerne Markov, qui ne semblait pas complètement remis de sa blessure lors du tournoi olympique, Martin a noté qu'il a néanmoins joué plus de 15 minutes par match, ayant été le deuxième à ce chapitre dans l'équipe russe après Sergei Gonchar.