Victoire épique, médaille historique

Patrice Bergeron, Ryan Getzlaf, Rick Nash et Sidney Crosby, leur médaille d’or au cou, célèbrent leur triomphe.
Photo: Agence Reuters Mike Blake Patrice Bergeron, Ryan Getzlaf, Rick Nash et Sidney Crosby, leur médaille d’or au cou, célèbrent leur triomphe.

Vancouver — Sidney Crosby qui marque le but gagnant en prolongation de la finale olympique des Jeux de Vancouver. Hollywood n'aurait pu faire mieux. Le jeune surdoué de Cole Harbour, en Nouvelle-Écosse, a mis un terme à un match historique, un classique du hockey, en déjouant le gardien Ryan Miller d'un tir des poignets vif entre les jambières pour procurer au Canada une victoire de 3-2 face aux États-Unis, hier, à la Place Hockey du Canada.

Après avoir poussé le disque le long de la bande, à la droite de Miller, Crosby a dégainé sur réception de la passe de Jarome Iginla, qui était dans le coin.

«Je ne me rappelle pas de tout le jeu. J'ai à peine revu la reprise, a affirmé Crosby, en se présentant devant les médias. J'ai reçu la rondelle sur la gauche et j'ai immédiatement lancé sans regarder.»

Le Canada était à 24,4 secondes d'une conquête de l'or en fin de troisième période quand Zach Parise a envoyé la rencontre en prolongation.

Le but de Crosby, à 7:40 de la prolongation a permis à la délégation canadienne de récolter une 14e médaille d'or, un record pour le plus grand nombre de médailles d'or remportés par une même nation aux Jeux d'hiver.

«Les grands joueurs sont faits de cette mouture, a commenté le gardien Martin Brodeur à propos de Crosby. On en avait parlé de tirer rapidement vers Miller. C'est exactement ce qu'il a fait, d'un angle restreint. Des gars comme Wayne Gretzky et Mario Lemieux font des jeux semblables. Crosby a gagné la Coupe Stanley, l'an dernier, et voilà qu'il est le héros ici.»

Mission accomplie

Steve Yzerman et les autres dirigeants d'Équipe Canada peuvent dire mission accomplie. La pression était forte, les attentes élevées partout au pays; c'était l'or ou rien. L'équipe qu'ils ont assemblée, après avoir connu un lent début de tournoi, a brillamment relevé le défi.

«C'est un énorme soulagement [que d'avoir gagné], a admis Yzerman. Le processus de 18 mois qui s'achève a été une expérience très stressante sur le plan personnel. Quand j'ai vu l'atmosphère qui régnait à Vancouver à mon arrivée, il y de deux semaines, j'ai retenu mon souffle.»

Le Canada est le premier pays qui remporte l'or chez lui en hockey masculin depuis le miracle sur glace des Américains à Lake Placid, en 1980.

La surprenante équipe américaine a donc échoué, à un gain d'un parcours parfait de six victoires, ce qui aurait été une première depuis que les hockeyeurs soviétiques ont remporté leurs cinq matchs aux Jeux de Calgary en 1988.

Les États-Unis n'ont également pu venger l'affront que le Canada leur avait infligé en finale des Jeux de Salt Lake City en 2002.

Jonathan Toews et Corey

Perry ont été les marqueurs d'Équipe Canada en temps réglementaire.

Ryan Kesler a réussi l'autre filet des Américains, en plus de récolter une aide. Patrick Kane a amassé deux passes.

Devant le filet, Ryan Miller a été confronté à 39 lancers. Son opposant Roberto Luongo a fait face à 36 tirs.

À la nord-américaine

La saveur nord-américaine de la finale s'est rapidement manifestée. De l'échec-avant et du jeu robuste, les équipes étaient prêtes dès la mise en jeu initiale.

Équipe Canada a légèrement eu le meilleur au début, mais l'équipe américaine n'a pas bronché. Le défenseur Brooks Orpik a tenté de passer Dany Heatley par-dessus la bande, au banc des siens.

À l'attaque, Dustin Brown a failli surprendre Luongo au terme d'une descente sur le flanc gauche. La rondelle s'est immobilisée à quelques centimètres de la ligne rouge. Le défenseur Duncan Keith est venu la glisser sous la jambière de Luongo.

C'était la première fois du tournoi que les États-Unis tiraient de l'arrière.

Les amateurs ont assisté à un deuxième tiers intense et enlevant au possible.

Perry a doublé l'avance des siens, à 7:13, en déjouant Miller d'un tir à bout portant. S'amenant sur la gauche, Ryan Getzlaf a relayé le disque du revers devant. En tentant de couper le jeu, le défenseur Ryan Whitney a fait dévier la rondelle sur la lame du bâton de Perry, fin seul.

Après que le Canada eut écoulé le temps d'une autre pénalité, l'action s'est intensifiée. Kesler a finalement déjoué Luongo, à 12:44, en effleurant à peine le tir de Kane sur le flanc droit. La rondelle a bifurqué sous le bras droit de Luongo.

En début de troisième, le Canada a continué d'aller vers l'avant. Il aurait pu se forger une avance de quelques buts, s'il avait été plus habile à saisir les chances.

L'entraîneur américain Ron Wilson a retiré Miller à la faveur d'un sixième joueur avec 1:37 à jouer. La stratégie a rapporté des dividendes.

Le rapide Parise a récupéré la rondelle aux patins de Roberto Luongo avant de la glisser sous le gardien du Canada, à 19:36 de la troisième période.
1 commentaire
  • Pierre-S Lefebvre - Inscrit 1 mars 2010 13 h 14

    Éviter les confusions orchestrées

    L`équipe testeronne a gagné une médaille d`or. La vraie victoire est celle du Québec. Participation à 12 médailles en équipe ou individuelles sur 26 dont plusieurs d`or. Victoire des femmes dans plus de 75% des médailles valent bien plus que la médaille du hockey mâle. Hockey Canada c`est 1 médaille sur 14 d`or et 26 au total. Faudrait pas prendre des lanternes pour des vessies.