Médaille d'or pour le Canada au hockey

Sidney Crosby qui marque le but gagnant en prolongation de la finale olympique des Jeux de Vancouver, Hollywood n'aurait pu faire mieux. Le jeune surdoué de Cole Harbour, en Nouvelle-Ecosse, a mis un terme à un match historique, un classique du hockey, en déjouant le gardien Ryan Miller d'un tir des poignets vif entre les jambières pour procurer au Canada une victoire de 3-2 face aux États-Unis, aujourd'hui, à la Place Hockey du Canada.

Après avoir poussé le disque le long de la bande, à la droite de Miller, Crosby a dégainé sur réception de la passe de Jarome Iginla, qui était dans le coin.

Le Canada était à 24,4 secondes d'une conquête de l'or en fin de troisième période quand Zach Parise a envoyé la rencontre en surtemps.

Le but de Crosby, à 7:40 de la prolongation de 20 minutes disputée à quatre contre quatre, a permis à la délégation canadienne de récolter une 14e médaille d'or, un sommet historique pour des Jeux olympiques d'hiver.

Steve Yzerman et les autres dirigeants d'Équipe Canada peuvent dire mission accomplie. La pression était forte, les attentes élevées partout au pays, c'était l'or ou rien. L'équipe qu'ils ont assemblée, après avoir connu un lent début de tournoi, a brillamment relevé le défi.

Le Canada est le premier pays qui remporte l'or chez lui en hockey masculin depuis le miracle sur glace des Américains à Lake Placid, en 1980.

La surprenante équipe américaine a donc échoué, à un gain d'un parcours parfait de six victoires, ce qui aurait été une première depuis que les hockeyeurs soviétiques ont remporté leurs cinq matchs aux Jeux de Calgary en 1988.

Les États-Unis n'ont également pu venger l'affront que le Canada lui avait infligé en finale des Jeux de Salt Lake City en 2002.

Le Franco-manitobain Jonathan Toews, fils d'une Beauceronne, et Corey Perry ont été les marqueurs d'Equipe Canada en temps réglementaire.

Ryan Kesler a réussi le premier filet des Américains. En troisième période, alors que le Canada menait 2-1 et avait l'or au bout des doigts, l'entraîneur américain Ron Wilson a retiré Miller à la faveur d'un sixième joueur avec 1:37 à jouer. La stratégie a rapporté des dividendes, Parise créant l'égalité à quelques secondes de la fin, ce qui a porté la tensionh à son comble chez les spectateurs canadiens.
3 commentaires
  • Augustin Rehel - Inscrit 28 février 2010 19 h 35

    Un grand moment!

    Ce fut la victoire qui nous manquait pour établir un nouveau record des jeux d'hiver avec 14 médailles d'or, et fermer du même coup les grandes gueules qui n'ont pas manqué de dénigrer l'organisation des jeux.

    Je me souviens de la une du Guardian qui titrait en grosses lettres: THE CANADIANS WINTER GAMEs: A CALAMITY.

    Et le journaliste faisait l'énumération de tout ce qui avait été moins positif, pour ne parler que de la mort du jeune Georgien, des râtés dans la cérémonie d'ouverture, etc.

    À la fin des Jeux, les Canadiens ont battus les British, les Russes, les Allemands et les Européens... et peuvent quitter les jeux la tête haute.

    Je ne suis pas un Canadien de conviction, mais je suis fier quand même de ce que les Québécois ont accompli pour permettre au Canada de bien paraître.

  • Claude Archambault - Inscrit 28 février 2010 22 h 22

    Si il y avait des jeux plus souvent

    C'est jeux ont unis les canadiens à une cause, ils se sont connus, plusieurs se sont découvert. Si il y avait plus d'opportunité d'avoir une cause commune de ce genre tous les canadiens se retrouveraient et se comprendraient finalement et ce serait enfin la mort du séparatisme, du nationalisme sectaire québécois..... un beau rêve......

  • Pierre-S Lefebvre - Inscrit 28 février 2010 22 h 31

    Une médaille d`or pour le hockey masculin

    Le Canada ne sera pas tapissé d`or pour avoir gagné dans une seule discipline, genre hockey mâle. Il y a eu 12 québécois qui ont gagné une médaille individuelle sans ignorer le succès d`équipe. Et ça c`est d`autant plus important que ça se retrouve dans plusieurs disciplines. La polyvalence de nos athlètes confirme le rôle essentiel des québécoises. Bravo mes dames.