Ski alpin - L'Allemande Maria Riesch remporte son 2e titre olympique

Whistler — Maria Riesch est devenue la cinquième femme à décrocher une deuxième médaille dans les épreuves alpines des Jeux olympiques de Vancouver, hier, quand elle a remporté le slalom féminin disputé à Whistler Creekside.

Mais contrairement à Lindsey Vonn, Julia Mancuso, Tina Maze et Elisabeth Goergl, elle a une fiche parfaite de deux médailles d'or en autant de podiums.

«Pour gagner une médaille d'or, tout doit se dérouler parfaitement, a souligné Riesch. Après ma première médaille, la pression était tombée un peu, je m'étais dit que si je bousillais tout cette fois, au moins j'en aurais eu une à ces Jeux. Mais en même temps, je me suis dit que deux médailles d'or, ce serait mieux qu'une seule!»

Après s'être imposée lors du super-combiné, la semaine dernière, l'Allemande qui en est à ses premiers Jeux à vie a fait de même hier en complétant les deux manches avec un temps cumulatif d'une minute et 42,89 secondes.

Au cumulatif, la skieuse de 25 ans a devancé l'Autrichienne Marlies Schild de 0,43 seconde et la Tchèque Sarka Zahrobska de 1,01 seconde.

Acton, la meilleure Canadienne

Brigitte Acton, de Mont-Tremblant, a été la meilleure Canadienne avec le 17e temps, à 3,04 secondes de Riesch. Elle était cependant déçue de sa journée puisqu'elle avait réussi le 11e temps de la première manche.

«J'ai égalé mon résultat des Jeux de 2006 , alors j'aurais voulu faire mieux, a reconnu la skieuse franco-ontarienne de 24 ans. Je suis vraiment déçue, mais en même temps, l'énergie de la foule m'a vraiment soulevée. Je n'ai jamais ressenti quelque chose du genre auparavant en courant chez moi.»

Anna Goodman, une athlète de Pointe-Claire qui doit skier avec une orthèse parce qu'elle souffre d'une déchirure au ligament croisé antérieur au genou, a enregistré le 19e temps, à 3,15 secondes.

«Le genou a bien tenu. C'est sûr que ça se serait mieux passé sans la blessure, mais je suis quand même contente de la façon dont les choses ont tourné. Tout le dur travail que j'ai fait en a valu la peine», a indiqué Goodman, 24 ans.

L'autre Québécoise en lice, Marie-Michèle Gagnon, de Lac-Etchemin, a racheté une première manche désastreuse en passant du 42e au 31e rang, pour un écart de 6,62 secondes au final.

Conditions difficiles

La course a été disputée malgré le brouillard et une averse de neige. La piste était glacée en haut de parcours et granuleuse en deuxième portion.

«Surtout en deuxième manche, tout collait sur la visière, alors la dernière section était difficile. Mais c'était pareil pour tout le monde. C'est le ski, ce sont les variables et les conditions que nous devons affronter», a commenté Acton.

La Suédoise Anja Paerson a raté une porte pendant la deuxième manche, tandis que l'Américaine Lindsey Vonn a été éliminée dès la première manche.

Vonn a enfourché une porte après une légère perte de contrôle, causée par son ski droit qui a glissé vers l'extérieur. Son bilan aux Jeix de Vancouver se limitera donc à deux médailles, une d'or lors de la descente et une de bronze lors du super-G.

«Je suis définitivement très contente de tout ce que j'ai fait ici, a commenté l'Américaine, qu'on disait capable d'accéder au podium dans chacune des cinq disciplines féminines. J'ai obtenu la médaille d'or que je visais à ces Jeux, j'ai obtenu le bronze en super-G. Je sais que j'aurais pu faire mieux dans certaines disciplines...»