Rochette livre son meilleur programme court de la saison, malgré le deuil

Joannie Rochette
Photo: Agence Reuters Joannie Rochette

Vancouver — La patineuse Joannie Rochette est habituée de faire l'objet de tous les regards lorsqu'elle embarque sur la glace, mais pas comme ça. Pour la première fois, les regards portés sur elle étaient pleins de compassion pour la jeune femme de 24 ans en deuil de sa mère depuis trois jours, ce qui n'a pas empêché la foule de lui crier tout son amour et de l'applaudir chaudement.

L'athlète de l'île Dupas est allée de l'avant avec son programme court sur les rythmes du tango «La Cumparsita», livrant sa meilleure performance de la saison récoltant 71,36 points, ce qui la place au troisième rang provisoire.

«Nous sommes tellement fiers d'elle», a dit le directeur des athlètes de Haute performance de Patinage Canada, Mike Slipchuk, après sa performance.

«Je crois que c'est absolument incroyable ce qu'elle vient de faire. Elle a aussi bien patiné que le restant de la saison. C'est une vraie combattante.»

Dans les bras de son entraîneure

À la fin de sa performance, Rochette n'a pu retenir ses larmes et s'est brièvement réfugiée dans les bras de son entraîneure de longue date Manon Perron. Malgré la douleur, elle a pris la peine de saluer la foule, lui soufflant quelques baisers et portant la main près de son coeur. Celle-ci lui a offert une longue ovation à la sextuple championne canadienne et vice-championne du monde.

La foule avait dû attendre jusqu'à la fin du programme court de patinage artistique chez les femmes, Rochette étant la 26e des 30 compétitrices à se présenter sur la glace.

Rochette ne s'est pas adressée aux médias depuis le décès de sa mère, et elle ne compte pas faire de sortie publique même si elle devait se rendre sur le podium, selon ce qu'a indiqué Slipchuk.

«Elle a reçu beaucoup de messages d'appui et a commencé à en lire quelques-uns, à son rythme. Elle reçoit des messages de support de partout dans le monde, que ce soit des athlètes, de ses proches et amis ou de ses «fans». Les gens ont été tellement compréhensifs, dont le comité olympique des Jeux de Vancouver (COVAN).»

Thérèse Rochette, âgée de 55 ans, est décédée subitement dimanche matin, quelques heures après son arrivée à Vancouver pour encourager sa fille unique qui participe à ses deuxièmes Jeux olympiques.

Phaneuf heureuse malgré sa chute

Sa compatriote Cynthia Phaneuf, de Contrecoeur, a offert une belle performance, mais a glissé à la toute fin de son programme court tombant sur une séquence de pas en ligne droite. Les juges lui ont tout de même attribué 57,16 points, ce qui la place au 14e rang.

«Je ne sais pas ce qui est arrivé parce que j'étais très concentrée. Cette chute m'a tellement prise par surprise que je me suis immédiatement demandée combien de points ça allait me coûter.»

Elle a patiné 15e sur la composition musicale «Les Nocturnes» de Claude Debussy. Son arrivée sur la glace, dans son costume bleu argenté, a été soulignée par les applaudissements biens sentis des spectateurs, agitant leurs drapeaux canadiens.

Victoire personnelle

Il faut dire que sa participation olympique est une victoire personnelle en soi. L'athlète, qui a eu 22 ans le 16 janvier dernier, n'avait pu se qualifier pour les Jeux de Turin en raison de blessures qui l'avaient contrainte à manquer la saison 2005-2006.

«C'est encore plus incroyable que ce que j'imaginais. C'est tout simplement magique, surtout avec le support de la foule comme ça lorsque je suis sur la glace. C'est vraiment incroyable!»

Phaneuf a bien failli tout lâcher lorsqu'en plus des blessures, elle a subi une importante poussée de croissance et pris du poids, alors que les patineuses d'élite sont généralement petites, minces et flexibles.

Yu-Na Kim en tête

C'est la Sud-Coréenne Yu-Na Kim qui est la meneuse au classement à l'issue du programme court avec 78,50 points, loin devant les autres. L'athlète de 19 ans n'a pas déçu la foule avec sa prestation sur un pot-pourri de la musique des James Bond. Elle a d'ailleurs battu son propre record du monde pour le programme court, l'ancien étant de 76,28 points.

Kim, qui s'entraîne à Toronto avec le Canadien Brian Orser (médaillé d'argent des Jeux d'hiver de 1984 et 1988), est considérée comme celle à battre. Elle a tout remporté sur son passage: le Championnat du monde, le Championnat des Quatre Continents (2009) et la grande finale Grand Prix du circuit de l'Union internationale de patinage (ISU) à Tokyo, au Japon.

Mao Asada la suit au deuxième rang avec 73,78 points. La Japonaise de 19 ans est la seule femme à inclure un triple Axel dans ses prestations, l'utilisant avec brio pour ouvrir son programme court en combinaison.

Seules les 24 premières au classement sont passées à l'étape suivante, soit la présentation du programme libre, jeudi soir, qui déterminera les médaillées de cette discipline.

La dernière médaille olympique canadienne chez les dames en patinage artistique remonte à il y a 22 ans, et c'était une médaille d'argent remportée par Elizabeth Manley aux Jeux d'hiver de Calgary en 1988.
6 commentaires
  • ysengrimus - Inscrit 24 février 2010 06 h 31

    L'amplitude olympique du deuil Rochette

    Elle a totalement eu raison de continuer. Je ne cite pas souvent Jésus, mais là, cela s'impose: Laisse les morts enterrer les morts et occupe toi des vivants. Aussi: Enfin un peu de vibrato dans ces olympiques de Vancouver, autrement largement soporifiques (cette seconde citation est à considérer comme apocryphe)...

    Pour ce qui en est de sa performance, ce serait un peu le temps de rappeler le fameux aphorisme des olympiques de grand-papa: "L'Important, c'est de Participer". Oh, mais excusez-moi, faites excuses... L'Olympisme Stéroidal Néo-Libéral Contemporain a pulvérisé ce point de doctrine parcheminé. Il n'existe tout simplement plus. Tant pis pour nous tous, hein. Le deuil Rochette, c'est celui-là aussi... pourtant...
    Paul Laurendeau

  • jacques noel - Inscrit 24 février 2010 10 h 01

    Qui va la récupérer?

    Ben hâte de voir comment les politiciens vont la récupérer? Même si la fille vient du Québec profond, même si elle est un peu la version de Céline Dion sur patins, je parie sur Ottawa. Je parie sur les feds pour en faire une vedette canadian.

  • Yves Bertrand - Inscrit 24 février 2010 15 h 07

    @ Jacques noel

    Décidément...
    Vous mélangez tout.

  • pagerry3 - Inscrit 24 février 2010 15 h 56

    Sois heureuse, chère Joannie.

    Cette jeune femme est tout simplement sublime. Un moment inoubliable que ce programme court du 23 février 2010 où la disparition côtoyait l'apparition, où la mort engendrait la vie, où l'amour commandait la reconnaissance.

    L'émotion a patiné avec la passion et la raison. Les larmes ont donné des ailes aux lames. L'olympisme a une nouvelle médaille d'or, à son palmarès, bien gravée, celle-là, au cœur de Joannie Rochette. C'est l'or du courage et du dépassement exemplaires. Ce programme court fut incontestablement le «moment chéri», le coup de cœur, les minutes de gloire et le plus haut sommet humain des Olympiques de Vancouver 2010.

    Ces jeux ont commencé dans la tristesse et le choc qu'a occasionnés la mort du lugeur géorgien Nodar Kumaritashvili et tous ses collègues ont fait preuve d'un courage spartiate et ont fait montre d’une exceptionnelle magnanimité. Ces jeux finiront dans la tristesse et le choc qu’a occasionnés la mort de Thérèse Rochette, la «Maman de Vancouver 2010», l’inspiration incontestée de l’amour inconditionnel qui donne des ailes à tous les olympiens de la Terre qui ciblent toutes les altitudes.

    Même si c’est très cher et trop cher payé, voilà que l’émotion poussée à son maximum, voilà que la grandeur d’âme exceptionnelle et que la noblesse quasi surhumaine ont repris toutes leur place dans le merveilleux domaine du patinage artistique.

    Je salue Joannie Rochette dont la grandeur et la noblesse ont su imposer tous les respects. Je lui souhaite longue vie, que la joie de vivre lui colle à la peau et que la santé soit la plus fidèle de ses complices.

    Je félicite, du même coup, le passionné Monsieur Alain Goldberg qui a encadré les longues heures de cet événement et principalement Joannie, avec tant de dignité, d'élégance et de raffinement, avec tant de savoir-faire et de savoir-être.

  • Jean Martinez - Inscrit 24 février 2010 16 h 18

    Émouvant

    La performance de Joannie était...émouvante! Que dire de plus? Vraiment une superbe athlète. Peu importe ce qui arrivera pour la suite. Bravo!