Joannie Rochette, sur la patinoire, «avec Thérèse»

La patineuse artistique Joannie Rochette a certainement vécu une soirée forte en émotions hier, alors qu'elle présentait son programme court, malgré le deuil qui l'accable.

La Québécoise sept fois championne canadienne et médaillée d'argent aux Championnats du monde a confirmé hier sa décision de monter sur la glace du Pacific Coliseum. Elle avait indiqué lundi qu'elle le ferait «avec Thérèse», sa mère, décédée dimanche d'un arrêt cardiaque alors qu'elle arrivait à Vancouver pour assister aux compétitions de sa fille. La femme était sans aucun doute l'une des plus grandes admiratrices de l'athlète.

Au moment de mettre sous presse, Joannie Rochette n'avait pas encore livré sa performance. L'athlète de 24 ans est un important espoir de médaille olympique. Vivant maintenant ses deuxièmes Jeux olympiques, elle s'était classée au cinquième rang à Turin. La patineuse a connu de très bons entraînements cette semaine, encouragée par son père qui la regardait de l'estrade. Elle n'a pas cessé de s'entraîner malgré la triste nouvelle et est même montée sur la glace dimanche pour répéter son programme et ses sauts.

Toute la communauté du patinage artistique et beaucoup de Canadiens lui ont manifesté leur soutien cette semaine. Sur le site de réseautage Facebook, comme par courriel, la patineuse a reçu des centaines de messages d'encouragement. À Berthierville, tout près du village où habitent les parents de Joannie Rochette, ses supporteurs se sont réunis hier dans un hôtel pour visionner sa performance.

La Québécoise Cynthia Phaneuf était également de la compétition.