Bjoergen se couvre enfin d'or et Majdic montre un courage inouï

Le Russe Nikita Kriukov (à gauche) a devancé au fil d’arrivée  son compatriote Alexander Panzhinskiy en étirant la jambe pour remporter l’or.
Photo: Agence Reuters Michael Dalder Le Russe Nikita Kriukov (à gauche) a devancé au fil d’arrivée son compatriote Alexander Panzhinskiy en étirant la jambe pour remporter l’or.

Whistler — Le triomphe de la Norvégienne Marit Bjoergen, le courage de la Slovène Petra Majdic, la force du Russe Nikita Kriukov et la déception des Canadiens, voilà bien comment on peut résumer la journée d'hier au Parc olympique de Whistler.

Cette compétition de sprint des Jeux olympiques de 2010 aura été mouvementée, palpitante, pleine de rebondissements comme le sont souvent les sprints présentés en Coupe du monde ou aux Jeux olympiques.

Bjoergen a repris son titre de reine de la vitesse quand elle a mené de bout en bout chacune des étapes de la compétition. Première lors des qualifications du matin, elle a survolé les quarts-de-finale et les demi-finales. Dans la grande finale, elle a laissé la Polonaise Justyna Kowalczyk mener les discussions jusqu'à la mi-course, l'a finalement doublée dans une courbe et n'a jamais été ennuyée par la suite.

Mais la grande héroïne de la journée a été la Slovène Majdic, qui avait remporté huit des neuf derniers sprints en style classique présentés en Coupe du monde.

Très grande favorite, Majdic a bien failli ne jamais prendre le départ de la course. Elle a été victime d'un terrible et bizarre accident lors de la période d'échauffement.

Dans le virage en tête d'épingle au milieu du parcours de 1400 mètres, elle a fait une chute qui semblait anodine. Mais elle a glissé sur le côté et est tombée dans un ravin, donnant violemment contre des arbres en évitant de frapper un rocher pour se retrouver dans un ruisseau. Il lui a fallu l'aide de deux bénévoles pour la sortir de ce pétrin et la ramener sur la piste. Elle a alors brisé un ski et ses deux bâtons.

Elle boitait quelques minutes plus tard et se tenait les côtes quand elle s'est présentée au portillon de départ. On croyait qu'elle n'allait jamais prendre part à l'épreuve. Elle s'est finalement qualifiée en 20e place et a dû être aidée des soigneurs pour quitter la piste. Même scénario après chacune des autres manches.

Elle souffrait encore beaucoup lors de la cérémonie de remise des fleurs et Bjoergen l'a même aidée à descendre du podium.

Chez les hommes, Kriukov, qui représente la nouvelle génération de sprinters russes et deux fois médaillé de bronze en Coupe du monde cette saison, a devancé au fil en étirant la jambe son compatriote Alexander Panzhinskiy, qui avait réalisé le meilleur temps des qualifications.

Ils devaient se battre contre trois des hommes forts de la spécialité, les Vikings norvégiens Oeystein Pettersen, Ola Vigen Hattestad et Petter Northug, meneur de la Coupe du monde.

Et ce sont à leur propre jeu, soit en double poussée dans les 200 derniers mètres de l'épreuve que les Russes ont battu les Norvégiens. Northug, qui pourrait encore glaner quelques médailles à ces Jeux, a finalement pris la troisième place, pour mériter sa première breloque olympique, lui qui avait été écarté des Jeux de Turin par les dirigeants de l'équipe norvégienne.

Difficile pour les Canadiens

Du côté canadien, la journée a été fort décevante. Il a quatre ans, Chandra Crawford avait surpris le monde entier en arrachant la médaille d'or de cette épreuve, qui était alors disputée style libre.

Cette fois-ci, elle a été éliminée en quarts-de-finale, tout comme Daria Gaiazova. Cette dernière, très déçue, a pris le 22e rang alors que Crawford terminait 26e.

Chez les hommes, Devon Kershaw et Stefan Kuhn ont eux aussi été éliminés en quarts-de-finale.