Kristina Groves, sur les traces de Clara Hughes et de Cindy Klassen

L’Allemande Stephanie Beckert (à l’avant), médaillée d’argent, a fait partie de la même vague que Groves (à l’arrière). La Canadienne a dominé pendant la majeure partie de la course, mais Beckert a surgi dans le dernier droit afin de la coiffer à l’arrivée.
Photo: Agence Reuters Jerry Lampen L’Allemande Stephanie Beckert (à l’avant), médaillée d’argent, a fait partie de la même vague que Groves (à l’arrière). La Canadienne a dominé pendant la majeure partie de la course, mais Beckert a surgi dans le dernier droit afin de la coiffer à l’arrivée.

Richmond — La patineuse de vitesse longue piste Kristina Groves a procuré au Canada sa deuxième médaille aux Jeux olympiques de Vancouver, hier, en remportant le bronze à l'épreuve de 3000 mètres féminin.

Groves, d'Ottawa a devancé de justesse l'Allemande Daniela Anschutz Thoms par trois centièmes de seconde, grâce à un temps de 4:04,84 minutes, à la grande joie de la salle comble de 7600 spectateurs à l'ovale de Richmond.

Anschultz Thoms, qui faisait partie du dernier duo à s'élancer en piste, a stoppé le chrono à 4:04,87.

«J'étais très heureuse de la course que j'ai faite parce que j'estimais ne rien avoir laissé sur la glace, avoir tout donné, a déclaré Groves, les yeux rougis par l'émotion. Mais quand j'ai vu mon temps, je n'étais pas très confiante de monter sur le podium. Je ne croyais pas que ma troisième place résisterait à la dernière paire. Je me disais "on va me battre"» a-t-elle ajouté en s'esclaffant.

Groves, âgée de 33 ans, a cru que le bronze lui avait échappé, même quand on a confirmé la quatrième place de l'Allemande sur les panneaux indicateurs dans l'amphithéâtre.

«Kristina ne cessait de dire: "elle m'a eue, elle m'a eue", a raconté sa coéquipière Clara Hugues. J'ai à peine eu le temps de lui dire qu'elle avait fait de son mieux qu'on a toutes les deux vu le chiffre quatre à côté du nom de l'Allemande. Ç'a été l'explosion de joie. C'était un sentiment indescriptible.»

L'or est allé à la Tchèque Martina Sablikova, la grande favorite, qui a racheté la décevante cinquième position qu'elle avait obtenue à Turin, en 2006. Sablikova a survolé la piste en 4:02,53. Elle est la deuxième femme tchèque seulement à gagner une médaille d'or olympique aux Jeux d'hiver. L'argent est allé à l'Allemande Stephanie Beckert en 4:04,62.

Beckert a fait partie de la même vague que Groves, que la Canadienne a dominée pendant la majeure partie de la course. L'Allemande a surgi dans le dernier droit afin de la coiffer à l'arrivée.

«J'étais dans le dernier virage et je lui criais qu'elle [Beckert] s'en venait à toute vitesse, a relaté Hugues. Nous faisons ça l'une pour l'autre en compétition, mais aujourd'hui elle ne m'a pas entendue en raison de la foule bruyante. Ça n'aurait rien changé, de toute façon, parce que Kristina a fait la course de sa vie.»

Hughes, elle-même, a terminé au cinquième rang avec un temps de 4:06,01. La Québécoise d'adoption, résidente de Glen Sutton, en Estrie, était tout sourire à l'issue de sa performance.

«Je me sentais dans une forme splendide et j'ai réalisé ma meilleure course sur le plan technique depuis plusieurs années. Malheureusement, ça n'a pas été suffisant», a affirmé la rouquine athlète âgée de 37 ans.

«Quand vous finissez un 3000 mètres et que vous auriez souhaité que ce soit un 5000 mètres, c'est que vous êtes dans une bonne journée», a ajouté Hughes, qui va tenter de conserver son titre olympique sur la distance, le 24 février.

L'autre Canadienne en lice chez les 28 concurrentes, la quintuple médaillée olympique Cindy Klassen, médaillée de bronze à Turin, n'a pu faire mieux que la 14e place, avec un temps de 4:15,53. Opérée aux genoux au cours des dernières années, Klassen, native de Winnipeg et âgée de 31 ans, n'avait pas de grandes visées dans cette épreuve.