Hockey - Règle sur la clémence

L'équipe de hockey féminin du Canada n'a disputé qu'un seul match que, déjà, les organisateurs des Jeux de Vancouver ont dû répondre à des questions relatives à l'adoption d'une règle sur la clémence.

Le Canada a amorcé la défense de son titre olympique, samedi, en rossant la Slovaquie 18-0. Hier, des représentants du Comité international olympique (CIO) et du Comité organisateur des Jeux de Vancouver (COVAN) ont entendu parler de ce match à sens unique... et d'une règle sur la clémence. Mais selon Mark Adams, directeur des communications du CIO, la question n'a pas fait l'objet de discussions parmi les membres des deux organisations. Avec cette performance, le Canada a battu sa propre marque établie aux Jeux de Turin à la suite d'un gain de 16-0 face à l'Italie. Les Slovaques ont déjà connu l'envers de la médaille; en 2008, elles ont corrigé la Bulgarie, une équipe qui venait à peine d'être formée, par la marque de 82-0.
3 commentaires
  • Michel Gaudette - Inscrit 15 février 2010 19 h 54

    Mesquinerie canadienne

    C'est bien savoir perdre, mais il faut aussi savoir gagner...

    Les joueuses canadiennes n'ont manifesté aucun respect pour l'adversaire avec un score de 18-0.

    Voilà que face à la Suisse, non contentes de mener 10-1 et avec un avantage numérique dans la dernière minute, le Canada a le culot d'envoyer son alignement régulier...
    Le goût de la victoire sans classe, sans pitié face à des Suisses débordées et exténuées...
    Pitoyables et arrogantes Canadiennes...

  • Amelie Deschenes - Inscrit 15 février 2010 22 h 00

    Qui est mesquin ?

    À titre informatif, souvenons-vous que les Slovaques, lessivées par les Canadiennes, on elles mêmes lessivées (et autrement !) les Bulgares à Turin, en 2009. 82 à 0, qu'elles les avaient massacrées. Il faut mettre les choses en perspective, je crois.

    C'est quand même incroyable cette façon que nous avons de descendre nos sportifs quand ils perdent, mais aussi quand ils dominent. Il faudrait gagner, mais juste un peu, en s'excusant de le faire ou par accident...

    Demanderait-on à un skieur de fond, qui mène une course, de ralentir la cadence afin de ne pas trop creuser l'écart avec l'adversaire qui le suit ? Et cela pour ne pas heurter ses sentiments ou l'humilier ? Jamais on ne suggèrerait une telle chose. On pourrait demander aux Américains de gagner un peu moins de médailles aussi...

    Respecter son adversaire, c'est aussi ne pas lui faire la part belle... Quand on pratique un sport de compétition, la dernière des chose que l'on souhaite est que notre adversaire soit complaisant.

    Bravo aux Canadiennes qui ont gagné grâce à leur talent et leurs efforts ! Bravo aux Slovaques qui font partie de l'élite mondiale du hockey féminin, peu importe par quel score elles ont été défaites !

  • Michel Gaudette - Inscrit 16 février 2010 14 h 08

    A propos de mesquinerie : le non-repect du serment olympien par les hockeyeuses canadiennes

    Les Canadiennes ont mauvaise réputation.

    Lors de la finale de hockey féminin à Salt Lake City en 2002, elles n'ont eu de cesse de perturber le jeu en harcelant constamment les Américaines au prix de pénalité qui malheureusement pour les Américaines n'ont pas avantagé celles-ci.

    Le coach Sauvageau a lors fait preuve de mesquinerie incroyable à l'égard du serment olympique qui dicte de pratiquer le sport olympien dans les règes.

    J'ai pouffé de rire en voyant la joueuse de hochey Weickhenheiser faire le serment olympien lors de l'ouverture des présents Jeux !!!