Luge - Les lugeuses sont mécontentes du nouveau départ plus bas

Whistler — L'espoir de médaille en luge Natalie Geisenberger a exprimé en allemand — sans mâcher ses mots — hier lorsque des journalistes lui ont demandé ce qu'elle pensait de prendre le départ de sa plus grande course en carrière du même endroit que les recrues.

«Ce n'est pas un départ de femmes. C'est un [départ d'enfants]», a déclaré la femme de 22 ans qui, en compagnie de sa coéquipière Tatjana Huefner, sont les favorites pour remporter l'or en luge féminine lorsque la compétition commencera, aujourd'hui, au Centre de glisse de Whistler.

«Je ne suis pas contente», a-t-elle dit.

«Nous nous sommes entraînées tout l'été, nous sommes fortes et rapides, et maintenant les lugeuses les plus rapides sont lentes, a-t-elle continué. Ce n'est pas bon pour nous. Ce n'est pas plaisant.»

Le décès du lugeur géorgien Nodar Kumaritashvili vendredi a semé la confusion lors des séances d'entraînement et dans les stratégies de course développées au cours des derniers mois par les différentes fédérations nationales de luge, en prévision des Jeux olympiques de Vancouver.

Kumaritashvili approchait du dernier virage à 270 degrés, où les vitesses frôlent les 150 km/h, lorsqu'il a été éjecté de sa luge et a violemment percuté un poteau de métal.

D'autres accidents étaient survenus plus tôt en journée sur le circuit de 1450 mètres qui compte 16 virages et présente une inclinaison prononcée sur 152 mètres, ce qui en fait la plus longue chute du genre au monde.

Le départ des épreuves de luge en double masculine et féminine a aussi été repoussé aux deux tiers de la distance de la piste, soit de l'emplacement traditionnellement réservé aux juniors.