Tomas Plekanec affirme que le Canadien est sa meilleure option

Tomas Plekanec, qui sera autonome à la fin de la saison, est présentement le meilleur pointeur du Canadien, avec 15 buts et 43 passes.
Photo: Agence Reuters Jason Cohn Tomas Plekanec, qui sera autonome à la fin de la saison, est présentement le meilleur pointeur du Canadien, avec 15 buts et 43 passes.

Au lendemain de la démission de Bob Gainey, Tomas Plekanec a réitéré son désir de rester à Montréal, affirmant qu'il tenait à poursuivre sa carrière avec le Canadien.


La veille, le successeur de Gainey, Pierre Gauthier, avait indiqué qu'il voulait retenir les services de Plekanec qui a été, a d'ailleurs dit l'entraîneur Jacques Martin hier, «un de nos joueurs les plus constants cette saison».

«Je suis content ici. J'aime Montréal. C'est ma meilleure option», a confié Plekanec, avançant même qu'il serait prêt à s'engager à long terme si l'offre était intéressante. «Deux, trois, quatre ou cinq ans, tout dépend de ce que veut l'organisation.»

Plekanec, qui sera autonome à la fin de la saison, est présentement le meilleur pointeur du Canadien, avec 15 buts et 43 passes. Comme il se doit, par ailleurs, il a fait l'éloge de Gainey, estimant qu'il avait réalisé «des choses formidables», étant parvenu «à bâtir une équipe qui a remporté le titre de l'Association de l'Est» il y a deux ans.

La veille, les joueurs ainsi que tout le personnel hockey avaient été avisés de la démission de Gainey et hier matin, Gauthier a aussi eu un entretien avec les joueurs.

«Pierre a rencontré les joueurs. Tout était en ordre, a dit Martin après avoir précisé qu'ils avaient tous été informés la veille. Quand on examine la situation, il n'y a aucune inquiétude. Pierre est ici depuis six ans et demi.»

Gauthier a aussi dit lundi qu'il n'était pas question d'échanger Carey Price ou Jaroslav Halak, ce qui a beaucoup plu à Martin.

«Je suis content, a-t-il dit après la séance d'entraînement. J'ai toujours dit que c'était notre force d'avoir deux jeunes gardiens solides. C'est une bonne situation quand on regarde leur âge et leur développement. Très peu d'équipes peuvent se vanter d'avoir un gardien numéro un de 22 ans.»

Visiblement, la démission de Gainey a attristé les joueurs et le défenseur Josh Gorges a rappelé qu'à son arrivée avec le Canadien, Gainey avait fait en sorte qu'il soit à l'aise avec sa nouvelle équipe. «C'est un homme de hockey très respecté et je lui dois beaucoup. C'est lui qui m'a amené ici», a-t-il affirmé.

À ceux qui remettent en question la décision de Gainey de démissionner à moins de trois semaines de la date limite des échanges, Gorges a résumé sa pensée en rappelant qu'il avait réalisé «que tout ce qu'il [Gainey] fait est bien réfléchi».

«Peu importe ses raisons, il n'a pas décidé cela en se levant. Je ne pense pas qu'on devrait se demander si c'est le bon moment.»

À savoir s'il a été surpris par la démission de Gainey, Andrei Markov, déçu, a dit que «ce n'était pas sa décision, n'étant qu'un joueur». Il se souviendra de son ancien directeur général comme étant «un homme formidable», pas seulement un ex-grand joueur de hockey.

Maxim Lapierre, lui, a dit qu'il va garder de Gainey le souvenir «d'un homme honnête qui ne passe pas par quatre chemins pour dire les choses», tandis que Brian Gionta s'est réjoui qu'il ait choisi de rester en tant que conseiller spécial, disant qu'il est «un gars de hockey formidable et un atout pour l'organisation».

Pour sa part, Mathieu Darche a rappelé que Gainey imposait le plus grand respect auprès des joueurs. «Quand Gainey parlait, tout le monde l'écoutait», a-t-il dit.


Bergeron: six semaines

Après l'entraînement, Jacques Martin a confirmé que Marc-André Bergeron, blessé à un genou, sera absent pour une période de six semaines tandis que Benoit Pouliot, blessé au haut du corps, ne reviendra pas au jeu avant la pause du match des étoiles.

Invité à parler de l'impact de la perte de Bergeron, Martin a signalé que cela donnera «une occasion à quelqu'un d'autre».

«Les blessures, c'est malheureux mais c'est une réalité. Il est important que d'autres élèvent leur jeu. C'est le cas de [Mathieu] Darche, qui a saisi l'occasion pour augmenter sa valeur.»

Rappelé de Hamilton la veille, Tom Pyatt formera un trio avec Scott Gomez et Brian Gionta ce soir contre les Capitals de Washington, l'équipe de l'heure dans la LNH. Ils ont remporté leurs 14 derniers matchs et marquent une moyenne de cinq buts par match.

Pyatt, un ailier gauche, n'a réussi aucun point en 19 matchs plus tôt cette saison et il est moins-neuf.

«On essaie de trouver des combinaisons, a dit Martin. Pyatt a de la rapidité et une bonne vision du jeu. On essaie d'avoir quelqu'un qui va récupérer des rondelles et qui peut [agir en complément] de Gomez et de Gionta.»

Autre curiosité à l'entraînement, Ben Maxwell, David Desharnais et Maxim Lapierre, trois joueurs de centre, étaient regroupés dans un autre trio. Matt D'Agostini, Glen Metropolit et Travis Moen évoluaient ensemble tout comme Plekanec, Sergei Kostitsyn et Darche.