Canadiens - Price aurait vaincu ses démons

Carey Price a peut-être vaincu quelques démons, jeudi, dans la victoire à Boston contre les Bruins.

Même si le jeune gardien du Canadien jouait généralement bien depuis le début de la saison, les victoires n'étaient pas au rendez-vous. Celle de jeudi, acquise au compte serré de 2-1 en fusillade après que les Bruins eurent égalé le score dans la dernière minute de la troisième période, a fait du bien. Pour l'équipe, puisqu'elle stoppait à cinq la série de défaites à l'étranger des hommes de Jacques Martin. Mais aussi pour le gardien no 1 du Tricolore, qui ne l'avait pas emporté depuis le 3 octobre à Buffalo.

Price avait subi six défaites depuis. Il était temps que cette série noire finisse à en juger par la réaction du gardien de 22 ans, en fusillade, alors qu'il a été parfait en trois tirs. Habituellement impassible, il s'est laissé aller à une courte réaction après son premier arrêt, quand il a recraché la rondelle de son gant, l'air hautain. Puis encore après la troisième tentative des Bruins, quand il a frustré Mark Recchi en avançant le bâton et en glissant pour le bloquer avant même que l'ancien du CH ait le temps de faire une feinte.

«Je la voulais vraiment celle-là, surtout après cette série [de défaites]», a commenté Price, hier, après la séance d'entraînement du Canadien tenue à la veille de l'affrontement au Centre Bell contre le Lightning de Tampa Bay. «Je ne voulais pas perdre après avoir travaillé si fort pendant 65 minutes, et surtout après avoir mené pendant 59 minutes.»

Price a reconnu qu'il a davantage réagi que d'habitude, mais qu'il a vite réalisé que ce n'était qu'un match. C'est pourquoi il s'est vite contenu après sa réaction initiale.

«Qu'il s'agisse d'une victoire ou d'une défaite, il faut l'oublier et passer à la suivante. Tu ne peux pas te concentrer sur le passé, sinon tu vas devenir trop excité ou trop déprimé, a-t-il rappelé. C'est un cliché, mais c'est vrai. Si tu deviens trop excité, tes habitudes de travail en souffrent. Et si tu es trop déprimé, ta confiance s'en trouve affectée. Il faut garder l'équilibre.»

«La victoire t'aide à mieux te sentir. Ça enlève un peu de pression», a quand même reconnu Price.


Entretien avec Martin

Price a dit avoir peaufiné son positionnement sur la glace et, surtout, la rapidité avec laquelle il se prépare à affronter les tirs.

«Quand tu fais ça, tu peux être prêt avant même que la rondelle se rende au filet. Je pense que ça aide», a souligné le gardien.

Un tête à tête avec Jacques Martin, la semaine dernière, a peut-être aussi aidé. L'entraîneur a alors rencontré son gardien dans le but de lui donner l'heure juste, et non pas parce qu'il avait des reproches à lui faire.

«Je lui ai indiqué les choses qu'il doit continuer à améliorer», a fait savoir Martin. «En aucun moment n'ai-je senti que sa confiance avait été affectée.»

Martin lui a alors expliqué qu'il l'avait mis en compétition avec Jaroslav Halak dans le but de le pousser plus profondément dans ses retranchements et l'amener à mieux jouer.

À voir en vidéo