Coupe Canada/Coupe du Québec - Phelps confirme son titre en remportant le 100 m style libre

Les curieux étaient dix fois plus nombreux qu’à l’habitude à s’entasser dans les gradins pour assister à ce type de compétition: l’effet Phelps n’y est pas étranger...
Photo: Pascal Ratthé Les curieux étaient dix fois plus nombreux qu’à l’habitude à s’entasser dans les gradins pour assister à ce type de compétition: l’effet Phelps n’y est pas étranger...

Les 2700 spectateurs venus voir l'Américain Michael Phelps à la piscine du Stade olympique, hier, n'ont pas été déçus lors de la dernière journée de compétitions à Coupe Canada/Coupe du Québec de natation.

Le meilleur nageur de la planète n'a pas fait mentir sa réputation, alors qu'il a remporté le 100 m style libre en 48,65 secondes pour devancer ses compatriotes Matthew Targett (48,87) et George R. Bovell (49,85), deux porte-couleurs de l'université Auburn. Adam Szoo, de l'université Laval, a inscrit le 10e temps, 51,90.

Puis, alors que la foule s'époumonait encore pour souligner son appréciation, Phelps y est allé d'un geste qui lui garantira d'être dans les bonnes grâces des Québécois pour longtemps, alors qu'il a lancé sa médaille d'or dans les gradins en quittant le podium.

Mais le jeune chanceux qui l'a attrapée, Thomas Lemieux-Mercier, ne semblait pas s'en faire outre mesure.

Même s'il venait d'ajouter une autre victoire à son impressionnant palmarès, Phelps n'était pas entièrement satisfait de sa performance dans ce 100 m. «Je suis très content des 50 premiers mètres, mais pas du tout des 50 derniers», a-t-il dit d'entrée de jeu.

Phelps en avait surtout contre la technique du «moulin à vent» qu'il s'applique à utiliser en compétitions depuis quelques semaines seulement.

«Je me sentais très bien dans les 50 premiers mètres, je pense que ce sont mes plus beaux 50 mètres avec cette technique. J'ai eu un bon virage, mais j'ai hâte de voir la vidéo. Tout s'est effondré dans les 50 derniers mètres. Mais bon, nous disposons de deux semaines avant les sélections nationales [en vue des Championnats du monde] et nous travaillerons à corriger cela.»

Phelps n'a pas voulu dire s'il allait conserver cette technique.

«Qui sait? Nous travaillons constamment là-dessus. C'est difficile d'utiliser une technique pendant 12 ans puis de tout changer en claquant des doigts.»

Le vainqueur de huit médailles d'or aux Jeux de Pékin savait d'ailleurs pertinemment que Targett n'était pas loin de lui dans les derniers mètres de la course.

«Oh oui, je l'ai vu! C'était une bonne chose qu'il se trouve de ce côté, puisque c'est de ce côté que je respire. Alors je le voyais bien dans le dernier droit.»

Phelps était aussi bien au fait du temps inscrit par le Français Alain Bernard, en matinée, à l'Omnium EDF, où il a bouclé l'épreuve en 48,20.

«Oui, j'étais au courant. Je me tiens bien informé de ce que font les autres nageurs.»

C'est que Bernard se voudra un sérieux opposant à Phelps en style libre aux Championnats du monde, disputés en juillet, à Rome. D'ailleurs, Bernard pourrait devenir aujourd'hui recordman mondial du 100 m style libre si la FINA «légalise» la combinaison Arena 100 % polyuréthane qu'il a utilisée pour réussir un chrono de 46,94 le 23 avril dernier, lors des Championnats de France.

Aux yeux de Phelps, l'important est que tous disposent des mêmes outils.