Un septième match à Detroit - La Coupe Stanley sera gagnée vendredi

Pittsburgh — Les Penguins de Pittsburgh n'allaient pas laisser les Red Wings de Detroit célébrer une deuxième conquête de la Coupe Stanley de suite sur leur propre patinoire, hier.

«Tout le monde a frais à la mémoire le sentiment très désagréable qu'on a ressenti en les voyant faire la fête chez nous, l'an dernier, avait affirmé l'ailier Pascal Dupuis, avant le sixième duel. On veut gagner le sixième match et aller fêter chez eux, vendredi.»

Les Penguins ont réalisé la première partie de la tâche, en défaisant les Red Wings 2-1 devant 17 132 spectateurs au Mellon Arena. Il leur reste à accomplir la deuxième à l'occasion de la présentation de l'ultime affrontement à Detroit dans moins de 72 heures.

C'est la première fois que les finalistes poussent la finale à la limite en remportant tous leurs matchs à domicile depuis que les Devils du New Jersey et les Ducks d'Anaheim ont croisé le fer en 2003. Les Devils avaient eu le dernier mot 3-0, chez eux, devant les Ducks dirigés par Mike Babcock, l'entraîneur des Wings, et ayant Dan Bylsma dans ses rangs, le pilote recrue des Penguins.

Jordan Staal et Tyler Kennedy ont fourni les réussites des Pens. Kris Draper a été le buteur des Wings.

Marc-André Fleury (25 arrêts) a été moins occupé que Chris Osgood (29), mais il a eu à faire face à autant de chances de marquer que son opposant. Le Sorellois s'est dressé en troisième période, au moment où les Wings ont exercé une forte pression.

Les Penguins ont pris les devants tôt au deuxième tiers, avant de jouer quelque peu sur les talons vers la fin. Il y a aussi le fait que les Red Wings ont graduellement augmenté le rythme.

Staal a fait bouger les cordages à la 51e seconde au terme d'une descente en surnombre bien orchestrée du territoire défensif. Staal a concrétisé son propre retour de lancer, que le gardien a failli gober de la mitaine.

Les Penguins ont doublé leur avance à 5:35 du dernier tiers, mais les Wings n'allaient pas baisser les bras facilement. Kennedy a profité du bel effort de Maxime Talbot et de Fetodenko le long de la bande pour surprendre Osgood du côté droit.

Draper a inscrit les Wings au score, à 8:01, concrétisant le retour du long lancer du défenseur Jonathan Ericsson.

Les champions en titre ont par la suite pu envoyer deux attaques massives dans la mêlée. Ils ont été menaçants, mais les Pens ont résisté.

À environ deux minutes de la fin, Fleury a frustré Dan Cleary qui a tenté de le déjouer d'une feinte du revers sur une échappée.

À voir en vidéo