Montréal veut d'abord gagner le premier match

Le Canadien sait qu'il s'attaque à plus fort que lui au premier tour des séries éliminatoires. C'est la raison pour laquelle on n'a en tête que de remporter le premier match à Boston, jeudi.

«Nous n'avons pas à battre les Bruins, mais plutôt à gagner un match», a déclaré Gainey, hier, quand on lui a fait remarquer que plusieurs observateurs ne donnent pas cher de la peau du CH face aux «Ours bruns» féroces. «L'important pour nous, c'est d'entrer de plain-pied dans la série, dès le match initial», a-t-il précisé. «Je ne cherche pas à trouver comment on va s'y prendre pour les vaincre quatre fois, je n'ai pas à le faire. Je veux trouver la solution pour les vaincre une première fois.»

Gainey a louangé les Bruins, «qui ont connu une formidable saison». Il a ajouté que les succès qu'ils ont obtenus ainsi que leur titre de l'Association Est «sont pleinement mérités».

Cela dit, l'entraîneur est à l'aise avec le statut de négligés du Tricolore. «Nous avons terminé en huitième place dans notre association par la peau des dents. C'est dans cette position que nous amorçons les séries, et nous devons composer avec. C'est ce que nous sommes.»

«Nous sommes insatisfaits du déroulement de notre saison, pour diverses raisons, a-t-il repris. Nous avons eu plus de distractions, d'obstacles à surmonter et de revers de fortune que les Bruins.»

Grand écart

Les Bruins ont récolté 23 points de plus que le CH en saison régulière, soit 116 comparativement à 93. C'est le deuxième plus grand écart de l'histoire favorisant les Bruins, avant un affrontement de séries. Gainey a minimisé l'importance de l'écart de points entre les équipes, soutenant que la principale différence entre les équipes de tête et de dixième rang au classement est à peu près une victoire de plus par mois. C'est bien beau comme analyse, mais même avec un gain de plus par mois, le Canadien aurait terminé à neuf points des Bruins! «Il y a un écart, a-t-il admis, mais il n'est pas insurmontable au point de se dire que c'est impossible qu'on puisse l'emporter.»

À voir en vidéo