Soccer - L'Impact voudra reprendre là où il a laissé

Photo: Jacques Nadeau

L'Impact de Montréal voudra reprendre, aujourd'hui au Stade olympique, là où il a laissé au mois d'octobre dernier en Ligue des champions de la CONCACAF. Ce qui n'est pas évident après une période de quatre mois sans avoir disputé de match comportant un enjeu concret.

«C'est évident que c'est un obstacle auquel nous devrons faire face, a reconnu le défenseur Nevio Pizzolitto, après l'entraînement d'hier, en parlant du match aller des quarts de finale de la Ligue des champions qui sera disputé contre le club mexicain Santos Laguna. Nous sommes allés en Italie pour nous mettre dans la meilleure forme possible, mais reste que ce n'étaient pas des matchs de championnat. Alors, nous aurons un certain désavantage à ce niveau-là.»

«Ça pourrait être un gros problème, a reconnu le vétéran milieu de terrain Sandro Grande. Tandis qu'eux, ils ont disputé sept matchs de saison régulière. Par contre, ils ont joué des matchs aux trois jours, alors ils pourraient être fatigués.»

L'entraîneur-chef de l'Impact, John Limniatis, a reconnu que c'est là un défi que ses joueurs pourraient devoir relever, mais que d'autres facteurs leur permettront de compenser.

«Avec l'énergie de 50 000 personnes qui nous encouragent, je ne pense pas que ce soit un problème, a dit Limniatis. En fait, la seule réponse que je peux donner à ce sujet, c'est après le match seulement que je pourrai la fournir. On verra à ce moment-là si ç'aura été un facteur ou non.»

Selon Grande, toutefois, pas question de se servir de la pause de quatre mois comme excuse pour amorcer le match avec prudence, question de limiter les dégâts en attendant que les joueurs retrouvent leurs repères. Le club montréalais devra y aller à fond dès le départ avec la recette qui lui a si bien servi jusqu'ici.

Plus de surprises

«Il faudra sortir fort dès la première minute de jeu, a dit Grande. On connaît nos limites, il faut jouer simple, travailler fort et travailler en équipe.»

L'Impact n'a jamais cessé de surprendre, l'an dernier, lors du championnat canadien Nutrilite, puis en Ligue des champions. À chaque fois qu'on croyait que ce petit club du Canada était allé au bout du chemin qu'il pouvait espérer franchir, il avançait d'un autre pas. Ce qui l'a finalement amené jusqu'à ces quarts de finale... et ce premier match d'une série aller-retour au total des buts qui sera disputé devant 50 000 personnes au Stade olympique.

À voir en vidéo