Canadien de Montréal - La confiance de Carbonneau ira à Halak... tant qu'il gagnera

Jaroslav Halak
Photo: Agence Reuters Jaroslav Halak

Le retour au boulot du Canadien s'est déroulé en toute quiétude, hier. Rien à voir avec tout le boucan de la semaine dernière. C'est fou ce qu'une victoire peut faire.

Dans le vestiaire du complexe d'entraînement de Brossard, Alex Kovalev a passé une bonne demi-heure à répondre aux questions de la presse. Plus tard, Guy Carbonneau l'a imité.

Et l'entraîneur n'a parlé que de hockey, entre autres choses, de la situation des gardiens.

Après avoir confirmé le retour de Jaroslav Halak devant le filet, en vue de l'affrontement de mardi contre les Canucks de Vancouver, Carbo a indiqué qu'il fera dorénavant confiance au gardien qui va connaître le plus de succès.

«On n'a pas le choix. On est à la recherche de stabilité devant le filet, a-t-il commencé par dire. Je vais faire appel au gardien le plus "hot". Dernièrement, Jaro a accompli la tâche. Le filet va être à lui tant qu'il va gagner. À lui de montrer ce qu'il peut faire.»

L'entraîneur a affirmé que Carey Price s'était vu accorder amplement de chances depuis son retour au jeu, avant la pause du match des étoiles. Price a lamentablement échoué, en cédant 44 buts à ses 11 derniers départs. Il n'a remporté que deux matchs.

Halak a à peine fait mieux, en permettant 18 buts en cinq rencontres amorcées. Il a également gagné deux fois.

Carbo a minimisé les déboires que le jeune Price connaît, à sa deuxième saison dans la LNH, en mentionnant que l'équipe l'a mal secondé.

«C'est énormément de pression pour un jeune âgé de 21 ans. On voudrait qu'il soit parfait, a-t-il avancé. D'autres joueurs de deuxième année éprouvent des problèmes, comme Sam Gagner des Oilers d'Edmonton. C'est différent pour un gardien parce qu'on va le remarquer davantage.»

«Carey va sortir grandi de cette période difficile, comme être humain et athlète, s'il adopte une bonne attitude.»

Carbonneau a fait remarquer que les gardiens occupent une place presque démesurément importante dans les succès de leur équipe, par rapport à l'époque où il était joueur.

«Quand je jouais, les gardiens étaient ceux qui devaient arrêter les rondelles, a-t-il dit. Depuis l'arrivée des Patrick Roy et Martin Brodeur, les gardiens doivent être probablement, à tort ou à raison, les meilleurs joueurs de leur équipe. Un gardien qui fait de gros arrêts peut relancer son équipe.»

À voir en vidéo