Justin Morneau choisi athlète masculin de l'année par La Presse canadienne

Lors du dernier match des étoiles du baseball majeur, en juillet, Justin Morneau a remporté le concours de circuits. Cette année, avec les Twins du Minnesota, Morneau est passé du rôle de frappeur de soutien à celui de premier plan.
Photo: Agence France-Presse (photo) Lors du dernier match des étoiles du baseball majeur, en juillet, Justin Morneau a remporté le concours de circuits. Cette année, avec les Twins du Minnesota, Morneau est passé du rôle de frappeur de soutien à celui de premier plan.

Toronto — Quand il vivait des moments éprouvants à ses premières saisons dans les ligues majeures, Justin Morneau pouvait toujours se tourner vers des vétérans comme Torii Hunter et Johan Santana.

Cette année, ce coussin de sécurité lui a été enlevé quand les Twins du Minnesota, obéissant aux lois régissant les petits marchés, ont procédé à une cure de rajeunissement. Morneau ne pouvait plus compter sur d'autres pour le protéger dans la formation des frappeurs, ni pour le guider dans le vestiaire.

Passant soudainement du rôle de frappeur de soutien à celui de premier plan, et de joueur qui recevait les conseils à celui qui en donnait, Morneau a excellé.

L'excellence à la plaque du cogneur de New Westminster, en Colombie-Britannique, ainsi que ses capacités de meneur ont été reconnues, hier, en étant proclamé athlète masculin de l'année selon La Presse canadienne.

Le joueur de premier but de 27 ans a terminé au premier rang d'un scrutin réalisé auprès des différents directeurs des sports des journaux et commentateurs de la radio et de la télévision membres de La Presse canadienne. Ses 99 points au classement lui ont valu le prix Lionel-Conacher, ainsi baptisé en l'honneur de celui qui a été élu athlète canadien par excellence de la première moitié du 20e siècle, en 1950.

Sidney Crosby, le capitaine des Penguins de Pittsburgh et lauréat de cet honneur en 2007, a terminé deuxième avec 82 points, suivi des Olympiens Éric Lamaze (81) et Simon Whitfield (78).

«Chaque fois que tu devances un joueur de hockey au Canada, que ce soit dans n'importe quoi, c'est un exploit, a commenté Morneau. C'est un bel honneur, surtout si on tient compte des gens qui ont remporté cet honneur dans le passé.»

Le titre d'athlète masculin de l'année lui a été remis à la suite d'une année 2008 où les excellentes performances athlétiques ont été nombreuses, mais où aucune réalisation n'a transcendé les autres.

Le choix de Morneau est quelque peu surprenant étant donné que les joueurs de baseball canadiens ne sont pas souvent reconnus de la sorte. Il n'est que le troisième joueur de baseball à décrocher ce prix depuis qu'il a été créé en 1932. Ferguson Jenkins l'a remporté à quatre reprises, tandis que Larry Walker l'a reçu en 1998.

«Justin Morneau continue d'afficher de belles statistiques avec les Twins du Minnesota, qui font de lui l'un des meilleurs joueurs du baseball majeur, a souligné David Ritchie, du Daily Gleaner de Fredericton. Il demeure par ailleurs un bon modèle à titre d'athlète qui fait son travail à chaque jour, tranquillement, même s'il ne reçoit pas toujours la reconnaissance qui lui est due. Peu d'athlètes professionnels sont aussi modestes que lui.»

La sprinteuse en fauteuil roulant Chantal Petitclerc a été proclamée athlète féminine de l'année, vendredi. Le prix remis à l'équipe de l'année sera annoncé aujourd'hui.

Joueur complet

La saison 2008 a été douce-amère pour Morneau.

Parmi les faits saillants, il y a sa victoire au concours de circuits au Yankee Stadium en juillet, survenue avant qu'il ne marque le point vainqueur en 15e manche du match des étoiles. Il a aussi terminé deuxième, derrière Dustin Pedroia, au scrutin du joueur le plus utile à son équipe dans la Ligue américaine.

La douleur de la défaite de 1-0 des Twins aux mains des White Sox de Chicago dans un match à finir pour décider le champion de la section centrale dans l'Américaine est toujours présente, toutefois.

Reste que sa valeur en tant que joueur va bien au-delà de sa moyenne au bâton de ,300, de ses 23 circuits et de ses 129 points produits, alors que Joe Mauer et lui ont tous deux accepté de nouvelles responsabilités dans le vestiaire et sur le terrain.

À titre de première — et on pourrait même dire la seule — menace des Twins au chapitre de la puissance, Morneau est l'une des principales raisons pour laquelle une jeune équipe promise à une campagne difficile est venue à une victoire près d'accéder aux séries.

Combinez ses 97 points marqués à ses 129 points produits, et vous constaterez que Morneau a été directement responsable de 27 % des 829 points enregistrés par son équipe.

«Nous avons des vétérans, mais en même temps, quand tu frappes au quatrième rang et que tu as signé une entente à long terme, tu ressens la responsabilité d'agir en leader, a affirmé Morneau. Dans mon cas, ce n'est pas en parlant, c'est en donnant l'exemple et en travaillant fort. Il s'agit juste de faire le genre de choses que les autres peuvent observer en se disant, "Ce gars-là a une entente de longue durée et pourtant, il ne se repose pas sur ses lauriers".»

Morneau a effectivement signé une prolongation de contrat de six ans d'une valeur de 80 millions $US, en janvier dernier. Il s'est ensuite efforcé d'affirmer encore plus son utilité au club.

Depuis une saison 2005 difficile au cours de laquelle il a été atteint à la tête par un lancer de Ron Villone et un début de campagne ardu en 2006, Morneau a été un des frappeurs les plus dominants du baseball.

À voir en vidéo