Lance Armstrong confirme qu'il sort de sa retraite pour un Tour de France

Austin, Texas — Lance Armstrong enfourche de nouveau son vélo, déterminé à gagner un huitième Tour de France.

La Grande Boucle, «c'est l'objectif», a déclaré à l'Associated Press son porte-parole Mark Higgins, «mais nous avons quelques devoirs à faire là-dessus».

Bill Stapleton, avocat du coureur cycliste mais également ami de longue date, a précisé l'objectif: «Nous n'allons pas essayer de remporter la deuxième place».

Selon Mark Higgins, Lance Armstrong n'a pas encore décidé dans quelle équipe il courrait ni à quelles autres compétitions il participerait.

Dans un communiqué transmis à l'Associated Press, le septuple vainqueur du Tour de France confirme qu'il sort de sa retraite.

«Je suis heureux d'annoncer, après en avoir parlé avec mes enfants, ma famille et mes amis proches, que j'ai décidé de retourner au cyclisme professionnel afin de sensibiliser au problème mondial du cancer», écrit le champion de 36 ans. Pour cette seule année, près de huit millions de personnes vont mourir d'un cancer à travers le monde, a souligné le rescapé d'un cancer des testicules. «Il est maintenant temps d'attaquer le problème du cancer au niveau mondial.»

Le Texan avait mis un terme à sa carrière en juillet 2005 sur les Champs-Élysées, à Paris. Pas pour longtemps.

Dans une interview à Vanity Fair, il s'est déclaré sûr à 100 % de participer au Tour de France l'été prochain. «Je reviens au cyclisme professionnel», confie-t-il dans cet entretien mis en ligne hier sur le site Internet du magazine. «Je vais essayer de remporter un huitième Tour de France.»

Le retour à la compétition d'Armstrong n'est pas sans soulever des questions, notamment en ce qui a trait à son héritage sportif. Ses propres paroles laisseront croire à certains qu'il ne pourrait pas faire preuve de la même détermination, voire même de la même passion qui l'habitait.

Dans une entrevue accordée au Men's Journal d'octobre dernier, Armstrong a déclaré: «Je suis heureux de ne plus faire de cyclisme. Ça a été amusant, j'ai adoré ça, mais je suis tellement occupé dans d'autres projets que je n'y pense plus jamais.»

Il y pense maintenant.

Une icône moderne

Avec ses éclatantes victoires contre le cancer et ses adversaires, par son travail pour la recherche contre le cancer et pour ses amours médiatisés, Armstrong est devenu une icône américaine moderne.

Il était un sprinter établi en 1996, avant qu'on lui diagnostique un cancer des testicules qui s'était propagé à ses poumons et son cerveau. Les médecins ne lui accordaient que 50 % des chances d'y survivre.

Une intervention chirurgicale — il porte une cicatrice en demi-lune due à l'opération qu'il a subie au cerveau — et de brutales séances de chimiothérapie ont sauvé sa vie. À partir de ce moment, sa détermination et une autodiscipline de fer l'ont ramené sur son vélo.

De 1999 à 2005, il a remporté sept fois le Tour de France, des victoires qui ont soulevé des questions sur son honnêteté, plusieurs le soupçonnant d'avoir utilisé des produits dopants. Il a d'ailleurs eu plusieurs prises de bec publiques avec les dirigeants de l'Agence mondiale antidopage. Armstrong n'a cependant jamais été trouvé coupable de dopage, plusieurs centaines de tests à l'appui.

Sa Lance Armstrong Foundation a permis d'amasser plusieurs centaines de millions de dollars destinés à la sensibilisation et à la recherche. «C'est une guerre pour moi. Rien de moins, a-t-il dit en 2007. J'ai eu cette maladie, je la déteste et je déteste le fait que nous n'ayons pas suffisamment fait de progrès pour l'enrayer.»

À voir en vidéo