US Open - Serena Williams redevient no1

Andy Murray a eu besoin d’une manche supplémentaire pour venir à bout du médaillé d’or olympique.
Photo: Agence France-Presse (photo) Andy Murray a eu besoin d’une manche supplémentaire pour venir à bout du médaillé d’or olympique.

New York — L’Américaine Serena Williams, tête de série no 4, a remporté son troisième titre de l’US Open, six ans après le dernier, en battant en finale la Serbe Jelena Jankovic (no 2) 6-4, 7-5, hier soir à New York, ce qui va lui permettre de redevenir no 1 au prochain classement mondial.

Serena Williams, 26 ans, qui avait déjà gagné Flushing Meadows en 1999 et 2002, enlève son neuvième titre en Grand Chelem, son premier cette saison, et le 32e tournoi de sa carrière. Elle était la dernière Américaine à l’avoir emporté à Flushing Meadows, battant sa soeur aînée Venus en finale en 2002.

Serena Williams a dominé la Serbe Jankovic, qui atteignait la finale d’un Grand Chelem pour la première fois de sa carrière, au terme d’un match d’une grande intensité et d’un engagement total, parsemé d’échanges spectaculaires.

Malgré de nombreuses fautes directes (39), l’Américaine s’est montrée bien plus entreprenante (44 coups gagnants) que sa rivale, qui a très bien défendu mais peu tenté.

La cadette des soeurs Williams, récente médaillée d’or en double aux jeux Olympiques avec sa soeur Venus, a déjà été no 1 mondiale pendant 57 semaines entre août 2002 et octobre 2003.
Jankovic, 23 ans, va, elle, conserver sa 2e place au classement mondial.

Murray bat Nadal
Par ailleurs, le Britannique Andy Murray a éliminé en demi-fianle l’Espagnol Rafael Nadal, no1 mondial, hier, par le score de 6-2, 7-6 (7/5), 4-6, 6-4, se qualifiant pour sa première finale d’un tournoi du Grand Chelem, où il rencontre aujourd’hui le Suisse Roger Federer.

L’Écossais de 21 ans, qui menait deux sets à zéro 6-2, 7-6 (7/5), 2-3 samedi au moment de l’interruption du match par la pluie, a eu besoin d’une manche supplémentaire pour finir le travail en quatre sets face au vainqueur de Roland-Garros, de Wimbledon et de la médaille d’or des JO de Pékin.

Murray, bien aidé par son service (21 aces), a réussi à jouer long, à trouver les angles et à fatiguer un Nadal guère plus à l’aise que la veille.

L’Écossais, qui a toutefois manqué nombre de balles de bris, s’est montré bien plus à l’aise au filet alors que l’Espagnol a lui failli au revers.

«Je suis soulagé d’avoir pu concrétiser mon avance de deux sets d’hier [samedi], a déclaré Murray sur le court. Cela n’a pas été facile de bien dormir cette nuit... L’ambiance était super, je remercie tous les spectateurs qui ne sont venus que pour voir un set et demi de tennis.»

«Federer est probablement le plus grand joueur de tennis de l’histoire, c’est un honneur de le rencontrer en finale», a ajouté l’Écossais.

Murray est le premier Britannique à atteindre la finale d’un Grand Chelem depuis Greg Rusedski en 1997 à l’US Open et il est seulement le troisième à le faire depuis le début de l’ère Open (1968), après Rusedski et John Lloyd (Australie 1977).

Le dernier Britannique à avoir remporté l’US Open est Fred Perry, triple champion entre 1933, 1934 et 1936. Le dernier Britannique à avoir gagné un Grand Chelem est Jaroslav Drobny, en 1954 à Wimbledon.
La demi-finale Nadal-Murray, entamée samedi, avait été décalée à hier en raison du passage de la tempête Hanna sur New York qui a amené de fortes pluies.

À voir en vidéo