Plongeon - Jennifer Abel n'est pas impressionnée

Pékin — A 16 ans et à ses premiers Jeux olympiques, Jennifer Abel a plongé avec l'aplomb d'une vétéran de l'équipe, vendredi, lors des préliminaires au tremplin de trois mètres.

La Lavalloise ne s'est pas laissée impressionner par le faste de l'événement ou même par le fait qu'elle plongeait immédiatement après la Chinoise Guo Jinging, la championne olympique en titre et championne du monde, qui a logiquement dominé cette première phase de la compétition avec un total de 373,90 points.

«C'est vrai que je suis aux Jeux olympiques mais, pendant la compétition, j'ai essayé le moins possible d'y penser, d'aborder le tout comme si c'était une compétition normale, a précisé tout sourire Abel, qui s'est classée 10e sur les 30 concurrentes inscrites (300,75 points). Je me disais, il arrivera ce qui arrivera. J'ai réalisé tous mes objectifs cette année, tant académique que dans mon sport.»

Blythe Hartley de North Vancouver s'est elle aussi qualifiée pour les demi-finales, se classant troisième avec 350,60 points.

L'entourage d'Abel était évidemment enchanté de la façon dont elle a réagi à la pression.

«Que puis-je dire de Jennifer? s'est exclamé Mitch Geller, directeur, haute performance à Plongeon Canada et qui agit comme chef d'équipe à Pékin. Nous sommes enthousiasmés. Mais en fait, nous le sommes depuis septembre dernier dans son cas.»

Geller a surtout noté la façon dont Abel a réagi après avoir raté son troisième plongeon, un double périlleux arrière et demi carpé.

«C'était son meilleur plongeon à l'entraînement. Elle avait tellement d'adrénaline qu'elle a sauté deux pieds plus haut que d'habitude. Après avoir raté, elle est revenue très forte au tour suivant.»

Son entraîneur au club CAMO, Cesar Henderson, était tout fier de sa protégée.

«Elle a montré qu'elle avait le potentiel de compétitionner avec les meilleures. Elle a offert une très belle performance, même si elle a raté son troisième plongeon. Ce qui est encourageant, c'est sa capacité de revenir et de performer dans son état normal.»

Année fantastique

Abel ne cesse d'impressionner depuis qu'elle a qualifié une deuxième place pour le Canada au tremplin de trois mètres à la Coupe du monde FINA en février dernier à Pékin. Si on remonte à l'automne dernier, personne ne se serait risqué à prédire qu'elle ferait partie de l'équipe olympique. On visait davantage 2012 dans son cas.

Henderson, lui-même, n'en revient pas même s'il reconnaît qu'elle possède énormément de talent.

«C'est une année fantastique pour elle. Ce n'était pas vraiment prévu qu'elle gagne sa place dans l'équipe olympique. Mais elle a trouvé la clé de la réussite.

«C'est d'autant plus surprenant que jusqu'à cette année, elle était meilleure à la tour qu'au tremplin de trois mètres. Mais nous avons fait des changements et son potentiel s'est développé au trois mètres.»

Tout va tellement vite pour Abel qu'il lui a fallu du temps avant de réaliser ce qu'elle est en train de vivre.

«Après ma sélection (en juin), ma famille et mes amis étaient plus excités que moi. J'ai vraiment pris conscience que j'étais aux Jeux olympiques quand je suis arrivée à la piscine il y a quelques jours.»

L'avenir est prometteur pour Abel et certains prédisent qu'elle deviendra l'une des premières plongeuses à réaliser un double saut périlleux et demi avant avec deux vrilles, un plongeon exécuté seulement par les hommes présentement.

«Elle en a le potentiel mais nous ne le pratiquons pas en ce moment, a souligné Henderson. Après les jeux, nous allons considérer la suite de son développement. Nous voulons y aller progressivement, sans brûler les étapes. Nous devons nous assurer qu'elle continue à s'amuser en faisant du plongeon.»

Ce soir (à partir de 8h ce matin au Québec), les 18 qualifiées pour les demi-finales se disputeront les 12 places donnant accès à la finale du lendemain.