Les Expos s'écroulent devant Glavine

Atlanta — Il y a tellement peu à y faire quand Tom Glavine est en forme et il l'est cette saison, lui qui tente de mériter le trophée Cy Young pour une troisième fois, qu'il vaut mieux oublier tout cela et passer à autre chose.

Quand il lance comme il en est capable, il est tellement dominant que l'adversaire se demande même pourquoi on se donne la peine de faire acte de présence. C'est surtout le cas pour les Expos. «Il pourrait envoyer tout cela par la poste, a dit Frank Robinson. Le résultat serait le même.» Pour la deuxième fois en cinq jours, le gaucher a fait un pied-de-nez aux Expos et les a battus 5-1 dans le premier d'une série de quatre matchs entre les Braves d'Atlanta et les visiteurs venus du nord. Mercredi dernier, il n'avait permis que quatre coups sûrs quand il avait battu les Expos 2-0 au Stade olympique. Hier, Glavine (8-2) a été presque aussi dominant, ne permettant que cinq autres coups sûrs, dont un circuit en solo à Jose Vidro après un retrait en neuvième. Vidro a donc frappé en lieu sûr dans un 21e match de suite, la plus longue série du genre dans les ligues majeures cette saison et la plus longue de la carrière de Vidro, la deuxième plus longue de l'histoire de Expos. Les Expos n'avaient pas marqué contre Glavine depuis le 29 août 2001, soit en 33 manches avant le circuit de Vidro. Si Andrew Jones avait mis fin au match de mercredi dernier de façon spectaculaire, il a encore ajouté son grain de sel en défensive, privant Michael Barrett d'un deuxième coup sûr en huitième après une belle course et un plongeon.