Partie de bras-de-fer entre Galarraga et les Expos

Andres Galarraga a fait du «temps supplémentaire» dans la cage des frappeurs hier après-midi. Il a catapulté des balles très loin dans les gradins. Il a fait de même lors de l'exercice régulier au bâton.

Lee Stevens a obtenu congé face au gaucher Randy Wolf et pourtant c'est... Mike Mordecai qui se retrouvait au premier coussin. La partie de bras-de-fer entre les Expos et Andres Galarraga se poursuit donc.


Le Gros Chat se dit prêt à revenir au jeu, lui qui est au rancart depuis le 2 mai en raison d'une élongation musculaire au dos. Les Expos, avec le gérant Frank Robinson en tête, veulent que Galarraga fasse un séjour de remise en forme dans les ligues mineures.


«Je suis prêt à jouer et non, comme je l'ai dit l'autre jour, je n'irai pas dans les ligues mineures, a mentionné Galarraga. Peut-être qu'ils ne savent pas qui ils devraient retourner aux ligues mineures pour me faire une place dans la formation. C'est peut-être cela leur problème.»


Galarraga marque sans doute un point. Mais on peut croire aussi que Frank Robinson n'a pas apprécié le fait que Galarraga n'accepte pas d'aller poursuivre sa remise en forme quand on lui en a fait la demande.





Des arguments de poids


Dans cette histoire, Robinson a lui aussi des arguments de poids. «Je comprends que Galarraga a hâte de revenir au jeu. Mais quand il dit qu'il est prêt, je ne le pense pas, a dit Robinson. Je me dis qu'il lui faudra joueur cinq ou six matches avant d'être prêt. Je parle d'être en forme pour jouer au baseball; être en forme pour courir les buts, pour glisser, pour lancer la balle, la capter. Il lui faut affronter des lanceurs en situations de jeu. Mais c'est à nous de prendre la décision. J'aimerais le voir jouer dans les ligues mineures pour qu'il retrouve sa forme.»


Galarraga n'est arrivé au camp qu'à la mi-mars et sa blessure au dos l'a tenu à l'écart du jeu pendant longtemps. Il n'a pris part qu'à 14 matchs et n'a eu que 22 présences au bâton depuis le début de la saison.


Quant au directeur général Omar Minaya, il veut se montrer prudent dans ce dossier. C'est d'ailleurs lui qui avait convaincu Galarraga de se joindre aux Expos à la mi-mars.